Koweït : un avocat veut interdire aux étrangers de conduire

L'autoroute du roi Faisal à Koweit, en août 2015. [YASSER AL-ZAYYAT / AFP]

Un avocat koweïtien a annoncé lundi avoir saisi la justice pour obtenir une suspension temporaire des permis de conduire des millions d'étrangers résidant dans cet émirat du Golfe affirmant vouloir décongestionner le trafic routier dans le riche pays pétrolier.

Quelque 3,1 millions d'étrangers vivent et travaillent au Koweït aux côtés de 1,35 million d'autochtones. Me Mohammad al-Ansari réclame également qu'il soit totalement interdit de délivrer de nouveaux permis de conduire aux étrangers. L'avocat a précisé, dans un communiqué transmis à l'AFP, avoir agi au nom de nombreux Koweïtiens affectés par les embouteillages. «Le problème de la circulation dans le pays a atteint un niveau insupportable», a-t-il ajouté, indiquant que le gouvernement n'était pas parvenue à le résoudre.

Des règles déjà très strictes pour obtenir un permis de conduire

Me Ansari estime qu'à l'exception de certaines professions, la suspension des permis des étrangers devrait être appliquée jusqu'à la mise en place de nouvelles règles pour décongestionner les routes du pays. Durant la dernière décennie, les autorités ont imposé aux expatriés des règles très strictes pour obtenir un permis de conduire. Ainsi, la plupart de ces expatriés sont tenus d'avoir un diplôme universitaire, un salaire mensuel de 600 dinars (2.000 dollars) et résidé au moins pendant deux ans dans l'émirat avant d'être en mesure de postuler pour un permis de conduire. 

A lire aussi : Des dizaines de milliers de manifestants à Koweït

Les étrangers au Koweït, membre de l'Opep, sont souvent la cible de critiques de la part de militants et de députés, dont certains ont appelé à réduire leur nombre pour égaler celui des Koweïtiens alors que d'autres avaient proposé de prélever des taxes sur leurs transferts en devises.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles