Syrie : des gaz neurotoxiques utilisés dans trois offensives

Photo prise le 4 avril: un homme transporté dans un hôpital après une possible attaque au gaz chimique.[Mohamed al-Bakour / AFP]

L'armée syrienne a utilisé des gaz neurotoxiques dans l'attaque présumée à Khan Cheikhoun et lors de trois autres offensives qui lui sont imputées, a affirmé lundi l'ONG Human Rights Watch.

Il y a une «tendance claire» à l'utilisation d'armes chimiques qui pourrait valoir au régime syrien d'être poursuivi pour crimes contre l'humanité, a ajouté l'organisation de défense des droits de l'homme dans un rapport.

En outre, les forces du président syrien Bachar al-Assad lancent de plus en plus d'attaques au chlore et ont commencé à utiliser des missiles au chlore dans des combats près de Damas, a-t-elle poursuivi. «L'utilisation par le gouvernement (syrien) de gaz neurotoxiques montre une escalade meurtrière, et la tendance est claire», a déclaré Kenneth Roth, directeur général de HRW.

L'utilisation du gaz se serait généralisé

«Au cours des six derniers mois, le gouvernement a utilisé des avions, des hélicoptères et des soldats au sol pour répandre du chlore et du gaz sarin à Damas, Hama, Idleb et Alep». «Il s'agit d'une utilisation généralisée et systématique d'armes chimiques», selon lui.

Human Rights Watch a interrogé 60 témoins et étudié des photos et des vidéos de l'attaque présumée de Khan Cheikhoun le 4 avril, qui a fait 87 morts, ainsi que d'autres utilisations de gaz neurotoxiques en décembre 2016 et mars 2017.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles