Les combats s'intensifient aux portes de la vieille ville de Raqqa

Des combattants des Forces démocratiques syriennes, le 11 juin 2017 dans un quartier de Raqa, fief de l'EI en Syrie [DELIL SOULEIMAN / AFP] La prise d'al-Senaa marquera le début de la véritable bataille pour Raqqa. [DELIL SOULEIMAN / AFP]

Daesh défendait mardi avec acharnement un quartier à l'entrée de la vieille ville de Raqqa face à l'avancée des forces antijihadistes soutenues par Washington.

«Il y a de violents combats contre Daesh qui a énormément recours aux mines et aux tireurs embusqués, et parfois aux voitures piégées», a affirmé mardi à l'AFP la porte-parole de la campagne de Raqa, Jihan Cheikh Ahmad.

L'offensive est menée par les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde engagée depuis novembre dans une campagne destinée à chasser Daesh de sa «capitale» en Syrie depuis sa prise en 2014.

Forte résistance de Daesh

Après être entrés dans la ville du nord de la Syrie le 6 juin, les FDS se sont emparé d'un quartier à l'est et d'un autre à l'ouest. Elles tentent depuis lundi de capturer le quartier d'al-Senaa, situé aux portes de la vieille ville où se trouvent d'importantes fortifications de l'organisation jihadiste la plus redoutée au monde. Mais Daesh leur oppose une résistance farouche malgré les nombreuses frappes des avions de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

«Le quartier d'al-Senaa n'a pas encore été entièrement sécurisé en raison des attaques répétées des jihadistes», a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie.

D'après l'OSDH, la prise d'al-Senaa marquera le début de la véritable bataille pour Raqqa car les FDS s'attaqueront au centre, en commençant par la vieille ville. «Le centre-ville sera la principale bataille à Raqqa», a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH. Ce secteur comprend un «grand nombre de tunnels et de combattants jihadistes», selon lui.

Le centre est en outre densément peuplé, ce qui devrait compliquer les opérations, comme c'est le cas actuellement à Mossoul, le fief de Daesh en Irak, où les forces de Bagdad se heurtent à une forte résistance.

Raqqa comptait avant l'offensive environ 300.000 habitants, dont 80.000 déplacés venus d'autres parties de la Syrie. Après la fuite de milliers de personnes ces derniers mois, l'ONU estime à 160.000 le nombre d'habitants qui y vivent toujours dans des conditions se détériorant de jour en jour. Les boulangeries sont fermées car il n'y a plus de farine, selon des militants sur place. L'électricité est coupée, et il y a d'importantes pénuries d'eau.

Selon l'OSDH, plus de soixante civils ont été tués depuis le lancement de l'assaut sur la ville il y a une semaine.

Appel à protéger les civils

L'ONG Human Rights Watch a appelé mardi la coalition internationale antijihadistes et les FDS à «protéger les civils et à respecter les droits de l'Homme en priorité dans l'offensive» de Raqqa.

Il ne s'agit pas «juste de vaincre Daesh mais aussi de protéger et de venir en aide aux civils qui ont souffert pendant trois ans et demi sous le règne de Daesh», a précisé Lama Fakih, directrice-adjointe de HRW pour le Moyen-Orient.

Depuis sa prise en 2014, Raqqa est devenue le symbole des atrocités des jihadistes en Syrie ainsi qu'une base pour la planification d'attentats sanglants commis à l'étranger. De nombreux jihadistes étrangers s'y étaient installés avec parfois leur famille.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles