Seule en Amazonie, elle documente ses dernières heures sur Facebook

Emme Kelty avait entrepris de descendre l'Amazone en kayak. [Capture Facebook]

Il y a deux semaines, Emme Kelty, une aventurière britannique de 43 ans voyageant seule en Amazonie, postait un message sur Facebook dans lequel elle annonçait que son kayak allait être volé et qu'elle allait être tuée. Cette funeste prédiction allait s'avérer exacte.

Dans ce message, elle expliquait se trouver près de Coari. Elle concluait en écrivant ironiquement : «nice» (sympa). 

Emme Kelty avait quitté son emploi de professeur en Angleterre en 2014 pour voyager. Après avoir skié au pôle Sud et parcouru plus de 4.000 km à pied à travers les Etats-Unis, elle avait entrepris de parcourir le fleuve Amazone en kayak, en partant de sa source dans les Andes péruviennes jusqu'à l'océan Atlantique. 

Ses dernières heures documentées sur Facebook

Un voyage qu'elle avait documenté via Facebook tout du long, jusqu'à ses dernières heures. Deux jours après le précédent post, elle avait tenu à rassurer ses proches, annonçant que tout allait bien. 

Mais quelques instants plus tard, elle publiait deux nouveaux messages alarmants : «je suis tombée sur cinquante types en bateaux à moteur armés d'arcs et de flêches !!! Un sacré coup de chaud !!! (la ville était très calme... trop calme !!). Ca va.»

Puis : «Ok, 30 mecs... mais qu'importe... ça fait beaucoup de types dans une zone, avec des bateaux, des flêches et des fusils»

Puis elle se montrait rassurante, expliquant avoir été accueilli par des locaux et avoir dormi sur place avec deux chatons près de sa tente. 

Mais le message suivant allait s'avérer être le dernier : «A 1h du matin. Quel changement dramatique en un jour... mais la rivière est comme ça... chaque kilomètre est différent et juste parce qu'une zone est dangereuse ne signifie pas que la prochaine le sera». 

Un peu plus tard ce jour là, Emme Kelty, envoyait un signal de détresse. Selon la police brésilienne, sept bandits se sont introduits dans le camp qu'elle avait établi sur une île, avant de voler ses affaires et de l'abattre de deux balles avec un fusil. Ils ont ensuite jeté son corps dans le fleuve. Trois d'entre eux ont été arrêtées ensuite, l'un, âgé de 17 ans, ayant confirmé les faits à la police. 

Les bandits auraient tenté de vendre les deux téléphones portables, l'ordinateur et la GoPro de l'aventurière. 

Depuis, la page Facebook d'Emme Kelty accueille les hommages venus du monde entier.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles