Prison ferme pour 2 vacanciers qui avaient prétexté de fausses intoxications alimentaires

Les témoignages de Deborah Briton et Paul Robert laissaient penser que leurs deux séjours s’étaient idéalement déroulés.[AFP]

Deux Britanniques, Deborah Briton et son compagnon Paul Robert, viennent d’être respectivement condamnés à neuf et quinze mois de prison pour avoir prétexté de fausses intoxications alimentaires pendant leurs vacances.

Après avoir passé deux séjours aux Baléares en 2015 et 2016, le couple avait fait appel à un avocat pour réclamer 22.500 euros de compensation à la compagnie de voyage Thomas Cook. La raison ? De prétendus problèmes gastriques ayant gâché leurs vacances et celles de leurs deux enfants.

Pourtant, sur les réseaux sociaux, les témoignages de Deborah Briton et Paul Robert laissaient penser que leurs deux séjours s’étaient idéalement déroulés . «Bien rentrés après deux semaines de rire, de soleil et de fun», écrivaient-ils en juin 2015, «de retour après des vacances fantastiques, mon séjour préféré jusqu'à maintenant», en juillet 2016.

Nul doute ne fait que la justice britannique a retrouvé trace de ses deux commentaires mettant à mal la version défendue par les deux affidés «Ceux qui pourraient être tentés à l'avenir de faire des réclamations malhonnêtes en inventant des maladies imaginaires pendant leur vacances doivent s'attendre à recevoir des peines de prison», a prévenu le juge.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles