L'ex-directeur de campagne de Trump aurait touché 600.000 dollars par mois d’un parti pro-russe

Pendant au moins quatre ans, jusqu’en 2014, il touchait ainsi environ 600.000 dollars par mois.[aFP]

L'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a été assigné à résidence lundi par une juge fédérale, après avoir plaidé non coupable des accusations qui le visent dans l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle 2016.

Paul Manafort fait l’objet de 12 chefs d’inculpation, parmi lesquels complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l’étranger, a annoncé lundi le porte-parole du procureur spécial Robert Mueller. L’homme est accusé d’avoir blanchi à lui seul 18 millions de dollars.

Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls à enquêter sur ce lobbyiste expérimenté. Une enquête interne menée en Ukraine a conclu que Paul Manafort gagnait des sommes plus importantes que ce qu’il avait indiqué précédemment en tant que consultant politique dans le pays d'Europe de l'Est.

600.000 dollars par mois

Ce dernier aurait été payé au moins 28,5 millions de dollars, beaucoup plus que les 12,5 millions de dollars rapportés l'an dernier, à partir de fonds gérés au noir par le Parti des régions, selon une source proche de l'enquête. Pendant au moins quatre ans, jusqu’en 2014, il touchait ainsi environ 600.000 dollars par mois.

Le Parti des régions a servi de base politique pro-Kremlin à l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Ce dernier s’est attaché les services de Paul Manafort au milieu des années 2000, alors qu’il mettait sur pied ce parti qui l’a emmené à la présidence, avant d’être chassé du pouvoir en 2014.

Son ancien partenaire de lobbying, Roger Stone, un conseiller politique du président Richard Nixon aux méthodes controversées, l’a ensuite fait entrer dans la campagne présidentielle de Donald Trump.

«Paul est un vrai professionnel et je lui souhaite le plus grand succès», avait déclaré Donald Trump après sa démission. La Maison Blanche a cependant minimisé sa contribution. Paul Manafort «a joué un rôle très limité pour un temps très limité», avait déclaré en mars l’ex-porte-parole du président, Sean Spicer.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles