Une formation «anti-viol» pour les chauffeurs de taxi et de bus

Des chauffeurs ayant suivi la formation posent devant leur véhicule. [Capture d'écran du compte Instagram Manas Foundation Delhi]

En Inde, et particulièrement à New Delhi la capitale, les violences faites aux femmes constituent un véritable fléau. Pour les endiguer, des formations gratuites sont proposées aux conducteurs de taxi et de bus, comme le rapporte les Observateurs de France 24. 

C'est la fondation Manas qui est à l'initiative de ces formations, en lien avec le gouvernement.

Le but ? Faire comprendre aux hommes leurs propres contradictions pour qu'ils changent d'attitude face aux femmes.

«Nous formons 300 à 400 personnes par jour, et nous faisons cela six jours par semaine», explique ainsi le psychologue Naveen Kumar de la fondation Manas aux Observateurs

 

What an awesome crowd Gender Sensitization workshops with commercial drivers of Delhi #ridewithpridedelhi #gender #igl #womenequality

Une publication partagée par MANAS FOUNDATION (@manasfoundationdelhi) le

Et la question qui revient souvent parmi les conducteurs de taxi selon lui est «pourquoi nous?».

Sensibiliser à l'égalité des genres 

«Très souvent, les conducteurs nous demandent comment ils doivent réagir quand la 'provocation' vient de la femme par exemple si elle est ivre, si elle porte des vêtements suggestifs, si elle est trop amicale... Très souvent, ils parlent des femmes en robe», rapporte Naveen Kumar.

Les formateurs privilégient donc le dialogue et tentent de sensibiliser les chauffeurs à l'égalité des genres.

«Nous devons prendre beaucoup de temps pour leur expliquer que la façon dont une femme s'habille relève uniquement de son choix personnel et qu'ils n'ont pas à la juger», conclut le psychologue.  

Cette session de formation terminée, les chauffeurs se voient remettre des autocollants «Je respecte les femmes» à apposer sur leur taxi. 

Que retiennent réellement les chauffeurs de cette session ?

Les formateurs ont bien conscience que «nous vivons encore dans une société patriarcale» et que les choses sont amenées à changer. Mais lentement. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles