Zimbabwe : un ministre se plaint de préservatifs chinois trop petits

13,5% de la population adulte du Zimbabwe serait victime du virus du SIDA.[AFP]

Mécontents de la taille des préservatifs - qu’il juge trop petits - disponibles au Zimbabwe, un ministre local a tapé du poing sur la table et invité le fabricant chinois à revoir ses standards de taille.

C’est ce que révèle le site internet NewZimbabwe.com, en citant les propos du ministre de la Santé zimbabwéen David Parirenyatwa.

«La région d’Afrique australe, où nous nous trouvons, est particulièrement frappée par le fléau du SIDA. Nous encourageons l’utilisation du préservatif mais certains de nos concitoyens se plaignent de l’étroitesse des moyens de contraception qu’on leur propose » explique-t-il, puis d’ajouter : « Les préservatifs chinois que l’on trouve sur notre marché sont trop minces ».

Considérant le danger que continue de représenter le SIDA malgré les progrès thérapeutiques ces dernières années, Zao Chuan, directeur de l’entreprise de préservatifs pointée du doigt, a décidé de réagir rapidement. «Nous recueillons actuellement les témoignages de Zimbabwéens pour mieux comprendre les problèmes qu’ils rencontrent avec nos produits. Je peux déjà vous dire que nous proposerons bientôt des préservatifs de tailles différentes sur le marché zimbabwéen », indique-t-il.

13,5% de la population adulte du Zimbabwe serait victime du virus du SIDA.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles