Amertume russe après le boycott présidentiel au Salon Livre Paris

Des visiteurs au stand russe du Salon du Livre de Paris, le 16 mars 2018 au Parc des Exposition à Paris [PATRICK KOVARIK / AFP] Des visiteurs au stand russe du Salon du Livre de Paris, le 16 mars 2018 au Parc des Exposition à Paris [PATRICK KOVARIK / AFP]

Peinés comme Natalia Soljenitsyne, ironiques comme le romancier Zakhar Prilepine, les invités russes du Salon Livre Paris ne cachaient pas leur dépit vendredi au lendemain du boycott du Pavillon officiel russe par le président Emmanuel Macron.

La Russie, invitée d'honneur de la plus grande manifestation littéraire de France, la présence à Paris pendant quatre jours de 38 auteurs représentatifs de la nouvelle génération d'écrivains du pays... Le Salon devait être la grande fête des lettres russes.

Officiellement, ça l'est toujours. Mais le boycott du Pavillon russe par le président Macron lors de la soirée d'inauguration, jeudi, laisse un goût amer parmi la délégation russe.

A commencer par Natalia Soljenitsyne, grande figure morale de la Russie. «La démarche (du président Macron) a peiné beaucoup d'entre nous», a dit la veuve de l'auteur de «L'Archipel du Goulag». Le président français «n'a pas fait ce qu'il fallait et en premier lieu pour la France elle-même», a estimé la veuve du prix Nobel de Littérature.

Des visiteurs au Pavillon officiel russe, le 16 mars 2018 au Salon du Livre de Paris [PATRICK KOVARIK / AFP/Archives]
Des visiteurs au Pavillon officiel russe, le 16 mars 2018 au Salon du Livre de Paris

«J'avais l'impression qu'il était moins influencé par cette hystérie qui règne dans les médias occidentaux quand il s'agit de la Russie», a ajouté Mme Soljenitsyne.

Signe de la tension croissante entre la Russie et les capitales occidentales après l'empoisonnement en Angleterre d'un ex-espion russe, le président Macron a choisi de ne pas s'arrêter sur le Pavillon russe lors de sa visite de trois heures jeudi soir.

Dans un document vu par l'AFP, cette visite était pourtant bien au programme.

«Il était hors de question que je me rende sur un site officiel, nous allons nous concerter dans les prochains jours. Et nous verrons les réponses qu'il convient d'apporter à cette agression sur le sol de nos alliés britanniques», a expliqué M. Macron.

«Par contre je tiens à redire ici combien il est important de poursuivre le dialogue avec les intellectuels, avec les auteurs, avec la société civile, avec les musiciens, avec toutes celles et ceux qui portent la force de ce peuple et qui d'ailleurs parfois s'opposent avec beaucoup de courage contre tous les excès du régime en place», avait-il ajouté.

 

À suivre aussi

Diplomatie Pourquoi le film d'animation «Abominable» est au coeur de tensions en Asie
Diplomatie Le prochain sommet du G7 aura lieu dans un... club de golf de Donald Trump
Diplomatie Erdogan aurait jeté à la poubelle la lettre écrite par Donald Trump

Ailleurs sur le web

Derniers articles