Les taux d'avortement baissent lorsque les pays le légalisent

En France, l'IVG est légale depuis la loi Veil du 15 janvier 1975 (promulguée le 17 janvier 1975).[GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP]

Selon l’institut américain Guttmacher, les taux d’avortement ont chuté au cours de ces vingt-cinq dernières années alors que dans le même temps de plus en plus de pays ont légalisé cette intervention.

L’institut relève dans le même temps que les pays ayant les lois les plus restrictives en la matière connaissent les taux d’avortement les plus élevés. Dans le détail, près de 56 millions d’avortements sont réalisés chaque année dans le monde. Compte tenu de la croissance démographique, ce taux est en hausse.

Mais ramené à un ratio de 1.000 femmes en âge de procréer, le chiffre est bien en baisse. Ainsi, entre 2010 et 2014, le taux d’avortement s’établissait à 35 pour 1.000 femmes, contre 40 pour 1.000 pour la période 1990-1994. Dans les pays qui interdisent l’intervention, le taux d’avortement est de 37 pour 1.000 femmes contre 34 pour 1.000 dans les pays qui l’ont légalisé.

Le rapport souligne par ailleurs que les risques des avortements clandestins dans les pays où l’IVG n’est pas légale et où l'accès à la contraception est restrictif. «Les avortements ont lieu partout dans le monde, quel que soit le cadre légal. Mais l'avortement est plus sûr là où il est légal depuis longtemps», résume l'institut Guttmacher, cité par la presse américaine. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles