Meghan et Harry : un mariage cousu d'or

Les caméras du monde entier seront braquées sur Windsor et le couple princier. Les caméras du monde entier seront braquées sur Windsor et le couple princier. [© Daniel LEAL-OLIVAS / AFP]

L’union du célèbre prince britannique et de l’actrice américaine va engendrer de multiples retombées pour le pays.

Les caméras du monde entier braquées sur la petite ville britannique. Demain, Windsor, à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Londres, sera le centre de la terre, pour le mariage du prince Harry, 33 ans, et de l’actrice américaine Meghan Markle, 36 ans.

Des milliers de visiteurs sont attendus pour célébrer les noces du deuxième fils de Charles et Diana, sixième dans l’ordre de succession au trône britannique, et de sa fiancée, dont le profil tranche avec les autres membres de la famille royale.

Pour le Royaume-Uni, ce mariage est l’occasion d’une parenthèse positive dans une période morose, entre le Brexit et la menace terroriste.

Une manne économique majeure

Avec 70 000 curieux attendus autour de la résidence royale et de la chapelle Saint-George, en plus des 600 privilégiés invités à la cérémonie, les noces princières constituent une aubaine pour Windsor. Hôteliers et restaurateurs font face à un afflux de touristes inédit – les chambres, prises d’assaut, se sont monnayées jusqu’à 8 000 euros la nuit.

L’événement aura en outre un impact durable pour Windsor, qui restera dans l’histoire comme le lieu des noces de Meghan et Harry, alors que William et Kate s’étaient mariés au château de Westminster, à Londres.

Les retombées de la fête seront également perceptibles dans l’ensemble du pays, avec par exemple deux heures supplémentaires d’ouverture des pubs, ce soir et demain. Une mesure qui devrait remplir les caisses des débits de boissons. Les innombrables «goodies», souvenirs kitsch dont les Britanniques ont le secret, allant en l’occurrence des cierges aux caleçons, devraient rapporter gros aux boutiquiers.

Enfin, le secteur des transports fait le plein, d’autant que la nationalité américaine de la mariée élargit considérablement le spectre des fans susceptibles de faire le déplacement. Au total, l’événement devrait rapporter plusieurs centaines de millions d’euros à l’économie britannique.

Le fait que Meghan Markle vienne des Etats-Unis ajoute d’ailleurs un aspect diplomatique opportun aux conséquences positives de cette union. «En cette période post-Brexit, où la Grande-Bretagne a besoin de tous les alliés qu’elle peut trouver, ce mariage va cimenter le lien entre les deux pays», selon le journaliste Andrew Morton.

Coup de jeune pour la monarchie

En plus d’être une parenthèse enchantée, ce mariage est une chance pour la monarchie. Après une perte de popularité vertigineuse de l’institution à la fin des années 1990, à la mort de Diana, Buckingham retrouve progressivement sa place dans le cœur des Britanniques. Alors que la majorité d’entre eux jugeait la monarchie condamnée à disparaître à court terme en 2000, ils sont aujourd’hui 68 % à la juger bonne pour le pays.

Si le mariage de William avec Kate, une roturière, avait permis de rapprocher la dynastie du grand public, celui de Harry avec une Américaine métisse ajoute une dimension au tableau. «Meghan donne l’impression que la famille royale est en prise avec la société britannique moderne et multiculturelle», souligne Andrew Morton, qui a lui-même écrit une biographie de l’actrice.

Alors que la reine a récemment fêté ses 92 ans, la relève semble plus que jamais assurée. Reste, pour la jeune garde, à trouver un équilibre entre modernité et tradition.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles