Brexit : l'idée d'un nouveau référendum fait son chemin

Deux ans après le Brexit, l'idée d'un nouveau référendum fait son chemin au Royaume-Uni [Ben STANSALL / AFP] Deux ans après le Brexit, l'idée d'un nouveau référendum fait son chemin au Royaume-Uni [Ben STANSALL / AFP]

Après deux ans de querelles gouvernementales et autres dissensions parlementaires sur le Brexit, l'idée que seul un nouveau référendum pourra trancher sur l'avenir du pays fait son chemin au Royaume-Uni.

L'ancienne ministre de l'Education Justine Greening est devenue lundi l'un des plus influents soutiens à l'organisation d'un tel scrutin, connu sous le nom de «People's Vote» («Le vote populaire»), et qui, petit à petit, rallie de plus en plus de partisans. «La seule façon de sortir de l'impasse, c'est de retirer la décision finale sur le Brexit des mains des politiciens, (...) et de la rendre au peuple», a déclaré la députée conservatrice dans le Times.

Sa prise de position intervient après la publication par le gouvernement conservateur du «plan de Chequers», une proposition visant à conserver des liens commerciaux étroits avec le continent après le Brexit, prévu le 29 mars 2019.

Ce projet a provoqué des démissions au sein du gouvernement et des menaces de rébellion parmi les députés eurosceptiques, faisant craindre à certains diplomates européens que Londres ne soit finalement jamais en mesure de conclure d'accord sur le divorce.

L'ex-Premier ministre britannique Tony Blair à New York, le 18 septembre 2017 [Paul Morigi / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]
L'ex-Premier ministre britannique Tony Blair à New York, le 18 septembre 2017

Fervent défenseur de l'Union européenne, l'ancien Premier ministre travailliste Tony Blair a donné de la voix ce week-end pour réclamer lui aussi un nouveau vote, affirmant que l'exécutif n'aurait jamais le soutien nécessaire pour mettre en oeuvre son «plan de Chequers». «Nous sommes coincés. Dans n'importe quel monde rationnel, (...) ce serait au peuple de prendre la décision», a-t-il souligné.

L'idée d'un nouveau référendum, après celui du 23 juin 2016 qui avait décidé à 52% de la sortie de l'UE, est également soutenue par l'ancien Premier ministre conservateur John Major, par l'ancien vice Premier ministre Nick Clegg, un centriste, ou encore par l'ancien ministre des Affaires étrangères travailliste David Miliband.

À suivre aussi

Faits divers Masque effrayant, combinaison en latex, grognement... un homme sème la psychose dans un village anglais
Royaume-Uni Condamné de son vivant pour homosexualité, Alan Turing devient le nouveau visage des billets de 50 livres
Le Brexit, initialement prévu le 29 mars 2019, a été reporté deux fois, et est désormais fixé au 31 octobre.
Royaume-Uni Comprendre et savoir expliquer le Brexit en 250 mots

Ailleurs sur le web

Derniers articles