La semaine de Philippe Labro : l’artiste des greens, le génie du bleu

Le golfeur américain Tiger Woods reçoit une ovation lors de la cérémonie d’ouverture de la 42e Ryder Cup au Golf National Course à Saint-Quentin-en-Yvelines, au sud-ouest de Paris, le 27 septembre 2018. [FRANCK FIFE / AFP]

Philippe Labro est écrivain, cinéaste et journaliste. Chaque vendredi, pour CNEWS, il commente ce qu'il a vu, vécu et observé pendant la semaine. Un bloc-notes subjectif et libre. 

MARDI 25 SEPTEMBRE

«Tigre Bois» est à Paris ! Nous nous amusions avec mon fils de ce patronyme – traduction de Tiger Woods –, lorsque ce golfeur d’exception était… exceptionnel. Et puis, cet homme a chuté, et puis il a rebondi. Quelle belle histoire ! Le talentueux écrivain Francis Scott Fitzgerald avait dit :

– Il n’y a pas de second acte dans les tragédies américaines.

Il avait tort. En fait, il y a trois actes : le succès, la déchéance, la rédemption triomphale. Voici donc un sportif légendaire qui, il y a tout juste dix-huit mois, selon un article de Karen Crouse dans le New York Times, «avait du mal à se lever tout seul de son lit, à la veille de subir une quatrième opération de la colonne vertébrale», qui avait, en outre, été arrêté pour conduite en état d’ivresse et avait, ensuite, confessé un comportement d’accro au sexe, de mari trompeur, menteur, drogué, passant des mois dans des cliniques spécialisées et dont la photo du service anthropométrique de la police révélait une gueule de vagabond égaré. Une épave. Un «loser» en qui plus personne ne croyait, ou presque. Eh bien, il s’est relevé de tout cela. Il a, en peu de temps, retrouvé sa maîtrise et sa concentration et remporté, dimanche dernier, le Tour Championship, à Atlanta, sa première grande victoire depuis cinq ans. Ce vendredi, près de Paris, à Saint-Quentin-en-Yvelines, il va se battre avec ses coéquipiers américains pour remporter la mythique Ryder Cup face aux Européens.

Son histoire est celle de la volonté, de la coriacité («toughness» en américain), de l’orgueil, d’une vision de l’existence comme une suite d’épreu­ves que l’on peut surmonter. «J’étais au plus sombre et au plus bas, a-t-il confié récemment. Je me demandais : “est-ce que le reste de ma vie va être comme ça, sombre et bas ?”» «Tigre Bois» a forgé lui-même la réponse. Belle histoire, en effet.

MERCREDI 26 SEPTEMBRE

Il n’est pas difficile de prévoir que l’exposition Picasso. Bleu et rose, au musée d’Orsay, à Paris, va battre des records d’affluence. J’ai eu la chance de pouvoir parcourir les seize salles qui, grâce à quatre-vingts toiles, auxquelles s’ajoutent dessins et sculptures (cela fait 300 œuvres au total), retracent les débuts du peintre. Il a 18 ou 19 ans quand il arrive à Paris en 1900 – à la gare d’Orsay, précisément. En quelque cinq ans, il va aller du bleu au rose, peignant avec frénésie pour créer ces deux premières périodes de son œuvre gigantesque et unique. La presse est unanime à propos de cette exposition, qui a nécessité trois années de recherches, de sollicitations auprès de tous les musées du monde, ainsi que de collectionneurs privés. Comme disait l’un des visiteurs près de moi :

– Il faut bien comprendre que c’est la première et dernière fois qu’on a le privilège de voir une telle exposition.

J’ai été particulièrement saisi, passionné, intrigué, par le bleu de Picasso qui, pour lui, était la couleur de la mélancolie, de la solitude, de la douleur. C’est le suicide de son meilleur ami, Carlos Casagemas, en février 1901, qui va l’orienter vers toutes sortes de bleus – virant au noir, parfois plus clair –, un univers entier, avec hommes, femmes, aveugles, prostituées, enfants… Les explications affichées à l’entrée de chaque salle sont claires, instructives et permettent à n’importe qui – amateur ou connaisseur – de pouvoir découvrir le processus créatif de ce jeune homme qui, déjà, étonnait les poètes, écrivains et autres artistes de l’époque. Mais les temps étaient encore durs. Sa première toile (Fillette à la corbeille fleurie) fut achetée par la célèbre Américaine vivant à Paris, Gertrude Stein, et son frère Leo, pour 150 francs de l’époque. Une obole.

Eh bien, chez Christie’s, en mai dernier, cette même œuvre a été vendue pour 115 millions de dollars.

L’expo dure jusqu’au 6 janvier. Je vous conseille de ne pas attendre.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles