Le Français Gérard Mourou et deux autres scientifiques décrochent le prix Nobel de physique 2018

Le Français Gérard Mourou, l'Américain Arthur Ashkin et la Canadienne Donna Strickland ont décroché mardi le prix Nobel de physique 2018 pour leurs travaux sur la physique des lasers et leurs applications.

Leurs découvertes ont "révolutionné" la physique des lasers, devenus "des instruments de précision avancée qui ouvrent des champs inexplorés de recherche et une multitude d'applications industrielles et médicales", a expliqué l'Académie royale des sciences à Stockholm.

Arthur Ashkin, désormais le plus âgé à avoir été lauréat d'un prix Nobel toutes catégories confondues, a mis au point la "pince optique" qui permet de manipuler des organismes extrêmement petits comme les cellules, les particules et les virus.

En 1987, il parvient à piéger ainsi, sans les endommager et en conservant un milieu stérile, des bactéries vivantes : les pinces sont depuis couramment utilisées dans les laboratoires pour étudier les micro-organismes, mais également dans les technologies de pointe pour le contrôle de micro-pompes ou de micromoteurs.

De leur côté, Gérard Mourou, un polytechnicien, et son étudiante Donna Strickland ont inventé la technique d'amplification des lasers, appelée "Chirped Pulse Amplification (CPA)", qui génère des impulsions ultracourtes et de très grande puissance.

Outre leur contribution à la physique du vide ou des trous noirs, les travaux des deux scientifiques ont permis d'opérer des millions de personnes souffrant de myopie ou de cataracte.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles