Les «gilets jaunes» britanniques appelés à manifester samedi

Le mouvement anti-austérité People's Assembly a appelé à manifester avec des gilets jaunes. Le mouvement anti-austérité People's Assembly a appelé à manifester avec des gilets jaunes.[Facebook/People's Assembly]

Le mouvement anti-austérité People's Assembly appelle à une «manifestation nationale» samedi à Londres, exhortant les participants à revêtir un «gilet jaune», reprenant le symbole utilisé dans les manifestations qui secouent la France depuis deux mois.

Cette organisation classée à gauche appelle également à des rassemblements dans d'autres villes du Royaume-Uni la semaine prochaine. Elle réclame l'organisation d'élections législatives anticipées pour évincer le Parti conservateur, au pouvoir depuis 2010. 

«N'oubliez pas votre gilet jaune», indique l'appel à manifester sur la page Facebook du groupe, sous le mot d'ordre «Les gilets jaunes contre l'austérité». Plus de 1.700 personnes ont annoncé sur le réseau social qu'elles participeraient à la manifestation.

Mobilisation en hausse

D'autres organisations, dont «Stand Up To racism», qui critique la politique gouvernementale en matière d'accueil des réfugiés, ont appelé à se joindre au rassemblement. La députée travailliste Laura Pidcock doit prendre la parole au cours de cet évènement.

En parallèle, sur les réseaux sociaux, des militants pro-Brexit, dont certains proches de l'extrême droite, ont également appelé à manifester, partageant le mot clé «#YellowVestUK».

Si la mobilisation des «gilets jaunes» britanniques était jusque-là restée minime, certains groupes ont été vivement critiqués depuis quelques jours après avoir proféré des insultes ou intimidé journalistes et députés aux abords du Parlement, qui a commencé mercredi à débattre sur l'accord de Brexit.

La député conservatrice Anna Soubry, favorable à un second référendum, a été traitée de «nazie» lundi par des manifestants pro-Brexit, pour certains habillés de gilets jaunes. Elle a décrit un petit groupe de gens «errant autour de Westminster et intimidant les gens». Des journalistes ont également été pris pour cible.

Ces actes ont été condamnés par le gouvernement et ont amené plus de 50 députés à écrire une lettre à la patronne de Scotland Yard pour exprimer leur «vive préoccupation face à la détérioration de la situation en matière de sécurité aux abords du Parlement».

Samedi, des «gilets jaunes» réunis à Londres ou Manchester ont repris des slogans de l'English Defence League (EDL), un groupe marginal d'extrême droite affirmant lutter contre la menace islamiste, selon le quotidien The Independant.

Vous aimerez aussi

Photo archive du 12 octobre 2018 montrant le la reine Elizabeth II et le prince Philip à Windsor [Alastair Grant / POOL/AFP/Archives]
Royaume-Uni Le prince Philip, 97 ans, sort indemne mais «choqué» d'un accident de la circulation
Royaume-Uni Vidéo : la rencontre craquante entre le prince Harry et une petite fille rousse
Le leader du Parti travailliste Jeremy Corbyn fait un clin d'oeil à un collègue lors d'un meeting politique à Hastings le 17 janvier 2019 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Sentiment de trahison ou d'inquiétude, le Brexit divise

Ailleurs sur le web

Derniers articles