Cesare Battisti : les conditions de sa détention en Italie

Le détenu sous haute surveillance a été conduit en Sardaigne lundi pour purger une peine d'emprisonnement à vie Le détenu sous haute surveillance a été conduit en Sardaigne lundi pour purger une peine d'emprisonnement à vie[Alberto PIZZOLI / AFP]

Après 40 ans de cavale, Cesare Battisti est maintenant résigné à finir ses jours derrière les barreaux. Destination : la Sardaigne, pour y purger une peine d'emprisonnement à vie.

Sans menottes, mais escorté par une douzaine de forces de l'ordre, les traits tirés et le sourire aux lèvres, le fugitif a de nouveau foulé ce lundi 14 janvier le sol italien, 38 ans après son évasion, extradé directement depuis la Bolivie. 

Du Mexique jusqu’en France, où il s’exila pendant 15 ans, en passant par le Brésil, son refuge depuis 2004, Cesare Battisti avait fini sa course à Santa Cruz, dans l'est de la Bolivie où les polices bolivienne et italienne l’ont arrêté dimanche.

L’ex-militant d'extrême-gauche, «terroriste» pour Rome, figure des «années de plomb» marquées en Italie par une série d’attaques de l’extrême-gauche, a été directement transféré vers la prison d’Oristano, dans l’ouest de la Sardaigne.

Condamné en son absence

Et ce, sans passer par un tribunal : évadé de prison en 1981, l’ex-gauchiste italien avait été condamné en son absence à la réclusion à perpétuité pour quatre homicides commis dans les années 1970.

Les autorités avaient d'abord mentionné la prison romaine Rebibbia à Rome, avant que le ministre de la Justice, Alfonso Bonafede, ne reviennent sur sa déclaration et choisissent Oristano «pour des raisons de sécurité».

Comme le rapporte le journal italien Corrirere dela Sierra, le centre pénitencier de «Salvatore Soro», inauguré en 2012, est l'un des plus récents en Italie. La prison abrite cinq sections de 20 cellules chacune. Chaque cellule est partagée par deux ou trois prisonniers et dispose d'une douche et d'une kitchenette.

D'après les informations du titre italien, Cesare Battisti ferait en quelque sorte figure de «guest» en Sardaigne. La population carcérale - 262 détenus pour une capacité de 266 places - est en grande partie composée de prisonniers ordinaires. Aucun détenu d’Oristano n’est soumis à la prison ferme appliquée aux patrons de la mafia ou aux personnages particulièrement dangereux.

Un traitement spécial devrait ainsi être réservé à l'ex-activiste. Battisti doit d'abord être maintenu à l'isolement pendant une durée de six mois et demeurer seul dans sa cellule, dans un service de haute sécurité réservé aux terroristes, sans pouvoir partager l'environnement pénitentiaire avec les autres détenus.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles