Le Venezuela de nouveau dans la rue mardi

Le président de l'Assemblée nationale Juan Guaido, à Caracas, le 11mars 2019 [Federico Parra                       / AFP] Le président de l'Assemblée nationale Juan Guaido, à Caracas, le 11mars 2019 [Federico Parra / AFP]

L'opposant vénézuélien Juan Guaido appelle de nouveau à manifester «partout dans le pays» mardi au cinquième jour de la gigantesque panne de courant qui paralyse le pays, confronté à de graves difficultés alimentaires.

En retour, le président du Venezuela Nicolas Maduro a appelé la population à la «résistance active» contre les attaques fomentées selon lui «par les Etats-Unis» contre le système électrique du pays afin de préparer une intervention militaire.

Arguant de la situation «calamiteuse», alimentaire et sanitaire après 100 heures sans électricité, le Parlement a décrété lundi l'état d'alerte dans le pays à la demande de M. Guaido, président par intérim autoproclamé et reconnu par une cinquantaine de pays.

«Je lance un appel à tous les pouvoirs, sociaux, populaires», a lancé M. Maduro dans une allocution à la télévision nationale, citant notamment les «colectivos» qui désignent aussi bien les groupes de citoyens menant des oeuvres sociales que des formations violentes, agissant en milice.

Pour M. Maduro, les attaques contre le système électrique masquent une volonté des Etats-Unis de «désespérer» la population, afin de tenter de faire entrer de force l'aide humanitaire qu'il avait repoussée et de justifier une intervention militaire américaine déguisée.

Tout en dollars

Le décret approuvé par l'Assemblée nationale fait justement appel à la «coopération internationale» pour sortir le pays de l'ornière. Malgré le retour progressif du courant dans plusieurs quartiers de Caracas, la situation reste chaotique pour la population : se procurer de l'eau et de la nourriture à un prix abordable est devenu une gageure. Tout se négocie désormais en dollars, et ce jusque dans les moindres recoins du pays.

Le gouvernement a annoncé une nouvelle journée fériée mardi : le pays qui sortait à peine des vacances de carnaval est à l'arrêt depuis vendredi matin.

 

À suivre aussi

La frontière franco-espagnole bloquée par des indépendantistes catalans
Crise La frontière franco-espagnole bloquée par des indépendantistes catalans
Recouverte de peinture rouge, la maire a vu les manifestants lui couper les cheveux de force, et a été forcée à marcher pieds nus sur près de cinq kilomètres.
Crise Bolivie : des manifestants humilient une maire en lui coupant les cheveux et en l'aspergeant de peinture rouge
Série La série «L’Effondrement» imagine des citoyens face à une crise majeure

Ailleurs sur le web

Derniers articles