Carlos Ghosn se dit «innocent» et accuse des dirigeants de Nissan de «trahison»

«Je suis innocent» a clamé Carlos Ghosn dans une vidéo diffusée mardi et enregistrée avant son arrestation le 4 avril, accusant de nouveau des dirigeants de Nissan de «complot» et «trahison», mais sans livrer de noms.

 

«Ce n'est pas une histoire de cupidité, de dictature d'un homme. C'est une histoire de complot, de conspiration, de trahison», déclare en anglais l'ancien PDG de Renault-Nissan dans ce message tourné la veille de son interpellation, ont précisé ses défenseurs. 

«Je suis innocent, voilà mon premier message. Ce n'est pas nouveau, vous l'avez déjà entendu de moi: je suis innocent de toutes les accusations portées contre moi», insiste M. Ghosn en préambule de la vidéo diffusée pendant une conférence de presse de son avocat.

L'expression «toutes ces accusations» porte sur les motifs pour lesquels il est déjà inculpé et non sur les raisons pour lesquelles il a de nouveau été arrêté (détournement de fonds via Oman), car il ignorait auparavant quelles seraient les nouvelles accusations exploitées par les procureurs, a précisé son avocat principal, Junichiro Hironaka.

Ce dernier a par ailleurs annoncé son intention de déposer mercredi un recours devant la Cour suprême pour obtenir la remise en liberté de son client.

«Il est clair que M. Ghosn ne peut pas détruire de preuves ni s'enfuir, c'est pour cela qu'il avait été libéré sous caution (le 6 mars), donc on ne peut pas dire que cela a changé et l'arrêter sous ce prétexte», a plaidé M. Hironaka.

«Si la procédure via la Cour suprême n'aboutit pas, nous déposerons un recours contre une éventuelle nouvelle extension de sa garde à vue», au moment de l'échéance de la période en cours, soit le 14 avril, a-t-il encore dit.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles