Mali : un Casque bleu tué et quatre blessés par l'explosion d'une mine dans le centre du pays

Cette attaque intervient alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta poursuit ses consultations pour désigner un nouveau Premier ministre.[Daphné BENOIT / AFP]

Un Casque bleu de l'ONU au Mali a été tué et quatre autres blessés samedi par l'explosion d'une mine au passage de leur convoi dans le centre du pays, a annoncé la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) dans un communiqué.

Cette attaque intervient alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta poursuit ses consultations pour désigner un nouveau Premier ministre, après la démission jeudi du chef du gouvernement Soumeylou Boubèye Maïga, moins d'un mois après la tuerie de quelque 160 civils peuls dans le centre du pays et une série de manifestations contre la gestion de l'Etat.

Le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, «condamne fermement l'attaque lâche perpétrée contre un convoi de la Minusma qui a causé la mort d'un Casque bleu suite à l'explosion d'une mine ou d'un engin explosif (IED), sur l'axe Douentza-Boni ce matin», selon le communiqué.

Un «bilan provisoire indique que quatre autres soldats de la paix ont été blessés», ajoute le texte, qui ne précise pas la nationalité des victimes. «Une force de réaction rapide a immédiatement été déployée», selon la même source. «Les Casques bleus ont réagi de manière proactive et robuste, ce qui a permis de neutraliser et de détenir des assaillants», a affirmé le commandant de la force de l'ONU, cité dans le communiqué, Dennis Gyllensporre, sans donner plus de détails.

«Cette attaque montre un fois de plus que l'action de la Minusma met en déroute les terroristes qui cherchent à tout prix à faire dérailler le processus de paix au Mali», a estimé M. Annadif, en assurant que «ces criminels qui se tapissent dans l'ombre pour accomplir leur crime devront répondre de leur actes».

La Minusma est la plus coûteuse en vies humaines des opérations actuelles de maintien de la paix de l'ONU, avec plus de 190 morts depuis son déploiement en 2013, dont près de 120 dans des actes hostiles, soit plus de la moitié des Casques bleus tués dans le monde depuis cinq ans.

En janvier, 11 casques bleus tchadiens ont été tués au cours de l'engagement le plus grave pour les forces de l'ONU.

Trois Casques bleus guinéens en permission ont été tués le 23 février par des bandits présumés sur une route menant de la capitale Bamako en Guinée voisine.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles