Le juge était ivre, près de 3000 procès révisés

Au moins 1 200 cas auraient été entendus depuis sa première admission à l'hôpital pour alcoolisme, en 2013. [Pixabay/CC/witwiccan]

Plus de 2 700 procès entendus par un ancien juge du sud de l'Ohio doivent être réexaminés après que sa propre famille l'ait accusé d'être régulièrement ivre au tribunal.

En quinze ans de service, William T. Marshall, juge de première instance, a en effet supervisé un total de 2 707 affaires, impliquant une peine de prison ou une surveillance judiciaire. Au moins 1 200 cas auraient été entendus depuis sa première admission à l'hôpital pour alcoolisme, après un accident de voiture en 2013. L'homme de 62 ans, désormais à la retraite, avait également été hospitalisé au moins trois fois pour son addiction.

C'est sa famille qui sonné l'alerte en déposant en février une demande de tutelle et ainsi prendre le contrôle de ses affaires personnelles et financières et le protéger de son addiction. Interrogés par le quotidien américain Cincinnati Inquirer, ses proches ont affirmé que le juge «ne se serait pas présenté à son travail ou s'était rendu au tribunal en état d'ébriété à de maintes occasions».

Les scandales s'accumulent autour du magistrat. L'année dernière, il avait pris sa retraite en pleine controverse, alors qu'il tentait d'éviter à sa fille une contravention pour excès de vitesse. Pire encore, le sexagénaire est soupconné d'être lié à un réseau de proxénétisme local, dirigé par un collègue avocat.

Il n'est néanmoins pas certain qu'un détdnu voie sa peine prison écourtée de sitôt. Compte tenu des enregistrements audio et vidéo, peu de jugements devraient être modifiés, selon le procureur de l'Ohio en charge du réexamen des procès. 

À suivre aussi

Bad buzz Quand Donald Trump s'identifie à Thanos... le super-vilain de Marvel
Le texte indique que le directeur du renseignement national (DNI) devra présenter dans les trente jours une décision formelle sur la personne responsable.
Etats-Unis Assassinat de Jamal Khashoggi : le Renseignement américain a un mois pour nommer les responsables
Les élus démocrate Jerry Nadler et républicain Doug Collins à la commission judiciaire de la Chambre des représentants vendredi 13 décembre 2019 à Washington. [SAUL LOEB / AFP]
Etats-Unis Destitution: dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès

Ailleurs sur le web

Derniers articles