L'ouragan Dorian, qui a fait au moins 5 morts, est rétrogradé en catégorie 3

L'ouragan Dorian s'acharnait dans la nuit de lundi à mardi sur les Bahamas, où il a fait au moins cinq morts, le Premier ministre évoquant une «tragédie historique» pour son archipel des Caraïbes frappé par des vents d'une extrême violence et par des vagues plus hautes que les toits de nombreuses maisons.

Aux Etats-Unis, plusieurs millions de personnes en Floride, en Géorgie et en Caroline du Sud ont reçu l'ordre d'évacuer les côtes, que Dorian devrait frôler dans les prochains jours.

L'ouragan s'est légèrement affaibli dans la nuit et a été retrogradé en catégorie 3 dans le dernier bulletin du Centre national des ouragans américain (NHC) publié à 05H00 GMT. Mais il reste extrêmement dangereux avec des vents d'environ 205 km/h et les habitants ont reçu pour consigne de ne pas bouger de leur abri.

«C'est probablement le jour le plus triste de ma vie»

«Nous sommes face à un ouragan (...) comme nous n'en avons jamais vu dans l'histoire des Bahamas», avait déclaré un peu plus tôt dans la journée Hubert Minnis, Premier ministre de cet archipel de quelque 700 îlots situé entre la Floride, Cuba et Haïti. «C'est probablement le jour le plus triste de ma vie», avait-il ajouté, en larmes.

Des vidéos publiées sur le site du journal Tribune 242 des Bahamas témoignaient de la violence du phénomène météorologique, avec des vagues atteignant les toits de maisons en bois, des bateaux renversés flottant dans une eau boueuse au milieu de branches d'arbres, de planches et d'autres débris.

Selon le NHC, basé à Miami, Dorian a égalé le record, qui date de 1935, de l'ouragan le plus puissant de l'Atlantique lorsqu'il a touché terre, faisant redouter des scènes de dévastation.

DES Images SPECTACULAIRES SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Sur les réseaux sociaux, des images spectaculaires de l'ouragan et de ses premiers dégâts circulent. Le niveau de l'eau atteignait par endroits la hauteur des toits des maisons. Les vagues balayaient les toitures, déchiquetant violemment le bois des habitations transformés en débris, quant elles ne se ruaient pas à l'intérieur-même des logements.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles