Primaire démocrate : c'est désormais clair, Elizabeth Warren est la femme à abattre

Joe Biden profite de ne plus être la cible privilégiée pour s'en prendre à Elizabeth Warren Joe Biden profite de ne plus être la cible privilégiée pour s'en prendre à Elizabeth Warren. [SAUL LOEB / AFP]

C'est le sort des favoris. Lors du débat des démocrates en vue de la primaire et de l'élection présidentielle de 2020, Elizabeth Warren a été la cible d'une vague de questions et d'attaques sur son programme. Jusque-là plutôt épargnée, elle subit le contrecoup de sa montée dans les sondages, la plaçant désormais en tête au coude à coude avec Joe Biden.

Ses plans pour la sécurité sociale ou les impôts sur les plus grandes fortunes ont été particulièrement critiqués par ses opposants du soir. Amy Klobuchar, qui fait partie des «petits candidats», a même parlé de «chimères». «Votre signature sénatrice, c'est d'avoir un plan pour tout, sauf pour cela. Aucun plan n'a été dévoilé pour expliquer comment un trou de plusieurs dizaines de milliards de dollars dans ce plan «sécurité sociale pour tous» (...) est censé se boucher», a insisté Pete Buttigieg

Elle a été tellement attaquée par ses concurrents que son temps de parole dépasse largement celui des autres (il ne doit pas nécessairement égal aux Etats-Unis). Ainsi, la sénatrice du Massachusetts a frôlé les 23 minutes de discours, soit plus de 6 minutes de plus que le second du classement, Joe Biden. Tom Steyer et ses 7 minutes font bien pâles à côté. 

Un bilan mitigé

Face aux attaques ciblées, la démocrate a parfois su répondre, mais a pu paraître en difficulté. Certains observateurs, comme le Washington Post, la placent comme grande gagnante du quatrième débat, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Pour Business Insider, elle ne fait ni partie des vainqueurs, ni des perdants. D'autres, comme les invités du plateau de MSNBC, l'ont trouvée très en dessous des autres, en expliquant que sa performance prouvait qu'elle n'était pas prête à aller beaucoup plus loin dans la course à la présidence. 

En attendant de savoir si l'ancienne professeure de droit est capable d'affronter Donald Trump dans un débat ou dans les urnes, les démocrates auront plusieurs occasion de la voir à l'œuvre. Avant la convention nationale des démocrates du 13 au 16 juillet 2020, qui verra l'investiture d'un candidat, les différents prétendants s'affronteront dans huit autres débats. De quoi laisser à Elizabeth Warren le temps de mieux préparer ses ripostes. 

À suivre aussi

Le président américain Donald Trump s'exprime depuis Monroe, en Louisiane, le 6 novembre 2019 [MANDEL NGAN / AFP]
Présidentielle américaine Donald Trump courtise, malgré tout, l'électorat noir
L'ancien maire de New York Michael Bloomberg le 24 juillet 2019 à Détroit dans le Michigan, aux Etats-Unis [JEFF KOWALSKY / AFP]
Etats-Unis Présidentielle 2020 : Michael Bloomberg envisage de se lancer dans la course
À un an des élections, la situation se complexifie pour Donald Trump
Etats-Unis À un an de l'élection présidentielle, Donald Trump enchaîne les défaites

Ailleurs sur le web

Derniers articles