Irak : tirs sur les manifestants à Bagdad après une nuit de violences à Kerbala

Des manifestants irakiens allument un feu près du consulat de l'Iran à Kerbala, dans le sud de l'Irak, le 3 novembre 2019 [Mohammed SAWAF / AFP] Des manifestants irakiens allument un feu près du consulat de l'Iran à Kerbala, dans le sud de l'Irak, le 3 novembre 2019 [Mohammed SAWAF / AFP]

Les forces irakiennes ont tiré sur des manifestants à Bagdad après une nuit de violences près du consulat iranien à Kerbala, dans le sud de l'Irak, où la désobéissance civile paralyse routes, infrastructures pétrolières et administrations.

Lundi, pour la première fois depuis la reprise le 24 octobre de la contestation, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur des manifestants qui avançaient vers le siège de la télévision d'Etat à Bagdad, ont rapporté des témoins. Une dizaine de personnes ont été blessées, de sources médicales et policières.

Près de 270 morts

La mobilisation a été marquée depuis son début le 1er octobre par la mort d'environ 270 personnes, principalement des manifestants -selon un bilan compilé par l'AFP, les autorités ayant cessé de communiquer sur les victimes depuis près d'une semaine.

Dans la nuit, de nouveau, quatre manifestants ont été tués alors qu'ils tentaient d'incendier la représentation diplomatique de l'Iran, pays voisin et grand parrain de la politique irakienne, à Kerbala, ville sainte chiite à 100 km au sud de Bagdad, visitée chaque année par des millions de pèlerins iraniens.

Ils ont déployé des drapeaux irakiens sur le mur d'enceinte du consulat et y ont écrit «Kerbala libre, Iran dehors», alors que les protestataires accusent Téhéran d'être l'architecte du système politique irakien qu'ils jugent corrompu et incompétent.

Les forces de l'ordre ont répliqué avec des rafales de balles réelles. Wissam Chaker, père d'Ali, 20 ans, figure parmi les victimes, a affirmé à l'AFP que son fils avait été mortellement touché par une balle à l'épaule et une autre à la tête.

«Que le gouverneur ne vienne pas nous dire que (les manifestants) étaient armés alors qu'ils n'avaient que des pierres contre les balles des forces de sécurité», a lancé un proche d'une autre victime, refusant de donner son nom.

Irak [ / AFP]
Irak

Les forces de l'ordre «protègent le consulat d'un pays étranger alors que nous, on veut seulement que notre pays soit libre sans qu'aucun autre pays ne le dirige», a affirmé dans la nuit un manifestant à l'AFP.

Depuis quelques jours, la colère des protestataires -qui réclament «la chute du régime»- se concentre sur l'Iran, l'une des deux puissances agissantes en Irak avec les Etats-Unis. Ces derniers sont absents des slogans des manifestants, et n'ont que faiblement réagi à la crise.

A l'opposé, en octobre, le général Qassem Soleimani, commandant des opérations extérieures de l'armée idéologique iranienne, a multiplié les visites en Irak. Et les commentaires du guide suprême iranien Ali Khamenei qui dénonce un «complot» américain et israélien ont exacerbé l'ire des Irakiens.

«Fermé au nom du peuple»

A Bagdad et dans le sud du pays, la plupart des écoles publiques sont fermées, tandis que dans plusieurs villes du sud, des cortèges de manifestants ont accroché d'immenses banderoles «Fermé au nom du peuple» sur des dizaines de bâtiments publics et coupé routes et ponts.

Des manifestants antigouvernementaux bloquent l'accès à un bâtiment officiel à Najaf, dans le centre de l'Irak, le 4 novembre 2019 [Haidar HAMDANI / AFP]
Des manifestants antigouvernementaux bloquent l'accès à un bâtiment officiel à Najaf, dans le centre de l'Irak, le 4 novembre 2019

La route menant au port d'Oum Qasr (sud) --vital notamment pour les importations alimentaires-- est bloquée par des blocs de béton sur lesquels est inscrit «Fermé sur ordre du peuple». Des dizaines de bateaux ont repris la route sans avoir pu décharger leurs cargaisons, de source portuaire.

A Missane (sud), les manifestants bloquaient deux champs pétroliers exploités par des compagnies chinoises: Halfaya, l'un des plus grands champs du pays, deuxième producteur de l'Opep, et Buzurgan. La production n'a pas été interrompue mais des employés ont affirmé à l'AFP ne pas avoir pu accéder à leurs installations.

Dans l'autre ville sainte chiite du pays, Najaf, les manifestants ont symboliquement effacé le nom de la rue «Imam Khomeiny» pour la renommer «Rue de la révolution d'octobre».

«Construire notre pays»

Contrairement à la première semaine d'octobre -officiellement 157 morts en cinq jours-, le second épisode est désormais organisé par étudiants et syndicats, et les manifestants occupent des places devenues d'immenses camps autogérés, parfois dans une atmosphère festive.

Jusqu'ici, ils ont répondu à toutes les déclarations des autorités par une contestation accrue. L'annonce d'un couvre-feu nocturne à Bagdad a provoqué en réaction la multiplication des manifestations nocturnes.

Des Irakiens portent le cercueil d'un manifestant tué près du consulat iranien de Kerbala, dans le sud de l'Irak, le 4 novembre 2019 [Mohammed SAWAF / AFP]
Des Irakiens portent le cercueil d'un manifestant tué près du consulat iranien de Kerbala, dans le sud de l'Irak, le 4 novembre 2019

Et en sortant dimanche soir de son silence pour réclamer «un retour à la vie normale», décrétant que «de nombreuses revendications ont déjà été satisfaites», M. Abdel Mahdi semble avoir de nouveau un peu plus durci le bras de fer.

Car les promesses d'élections anticipées, de réformes du système des embauches et des retraites, n'apaisent pas la colère des dizaines de milliers de manifestants.

«On veut construire notre pays, on va continuer la désobéissance civile, nos 200 martyrs ne seront pas morts pour rien», lance Mohammed, 19 ans, à Bagdad.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles