Le jour où Christo a emballé le Pont-Neuf

Le Pont-Neuf. Le Pont-Neuf. [CC / Pascal Subtil / Flickr]

22 septembre 1985. Par une belle journée d’automne, les Parisiens découvrent, stupéfaits, le Pont-Neuf littéralement empaqueté dans une toile. Une sculpture éphémère, œuvre de l’artiste d’origine bulgare Christo.

 

Cela faisait dix ans que Christo et son épouse Jeanne-Claude Denat de Guillebon préparaient avec passion ce coup d’éclat. Il a d’abord fallu qu’ils lèvent toutes les réticences administratives. Le plus vieux pont de Paris est un symbole, et surtout sa pierre est friable.

Et il a aussi fallu qu’ils financent intégralement ce projet totalement fou. C’est donc en vendant aux musées, aux galeries et aux collectionneurs les dessins, collages et maquettes d’un Pont-Neuf empaqueté que le couple a trouvé les ressources pour mener à bien son projet fantasque.

Une fois l’autorisation accordée, ce ne sont pas moins de deux cents personnes qui sont à pied d’œuvre pour empaqueter le Pont-Neuf dont des charpentiers, des guides de Chamonix et des hommes-grenouilles.

Plus de 40 000 m2 de toile de couleur sable habillent le monument. Une toile choisie avec soin, puisqu’elle change d’aspect selon l’éclairage zénithal de la journée. 13 000 mètres de cordes et 12 tonnes de câbles d’acier sont utilisées pour emballer les 238 mètres du pont et ses 12 arches. La mise en place dure près d’un mois. Un chantier colossal qui pousse Christo lui-même à emballer les réverbères la nuit qui précède le 22 septembre.

 

Un art qui fait des émules

L’artiste décrit son œuvre comme  "un projet radical que l’on ne peut pas acheter, qu’on ne peut pas vendre, qu’on ne peut pas garder".

Les Parisiens, eux, hésitent entre la surprise et l’incompréhension. Mais ils découvrent "leur" Pont-Neuf sous un nouveau jour. Et au quotidien, cela ne change rien, puisque voitures et bateaux-mouches peuvent continuer à passer sur ou sous le pont.

Le monument est resté emballé jusqu’au 7 octobre suivant, et l’événement marquera profondément les Parisiens. Si bien qu’un timbre fut émis 25 ans après.

Depuis, le couple Christo et Jeanne-Claude continue d' "emballer la géographie et l’histoire" à travers le monde. Avec à leur actif un empaquetage de Little Bay en Australie et du palais Reichstag en Allemagne. Ils ont aussi déployé un rideau de toile dans une vallée du Colorado et une ceinture autour de la baie de Biscayne à Miami.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles