Le jour où l'Opéra Bastille a été inauguré

L'Opéra Bastille fut inauguré en grande pompe par le président Mitterrand, le 13 juillet 1989.[DOMINIQUE FAGET / AFP POOL / AFP]

Au lever de rideau, ce sont les grands ténors de la politique internationale qui entrent en scène. Ce 13 juillet 1989, plus d’une trentaine de chefs d’Etat ou de gouvernement s’installent au premier balcon de l’Opéra-Bastille pour la soirée inaugurale, qui marque également le lancement des cérémonies du bicentenaire de la Révolution française.

 

Margaret Thatcher pour la Grande-Bretagne, George Bush père pour les Etats-Unis, les Premiers ministres ­canadien Brian Mulroney et indien Rajiv Gandhi, la présidente des Philippines Cory Aquino… Ils entourent le président français François Mitterrand, qui s’installe en dernier après avoir fait une entrée solennelle sous les applaudissements des invités.

Mais aucun des officiels n’est passé devant la plaque d’inauguration prévue pour être dévoilée à cette occasion. Après avoir attendu en vain, c’est finalement le secrétaire général de l’Opéra de Paris, Jean-François Brégy, et un membre du ministère de la Culture, qui le feront loin de l’agitation de la grande salle, qui compte 2 745 places.

 

Haut lieu de l'art lyrique

Inconnu avant de remporter le concours international lancé pour la réalisation de l’opéra, l’architecte canado-uruguayen Carlos Ott a revêtu l’intérieur des lieux de noir. Dans ce haut lieu de l’art lyrique, rien ne saurait rivaliser avec la créativité et la liberté des metteurs en scène que le répertoire soit classique ou moderne.

Pour le programme inaugural, les plus grands chanteurs d’opéra ont été réunis, Ruggero Raimondi, Placido ­Domingo et Barbara Hendricks, ainsi que les étoiles françaises de la danse, Manuel Legris et Elisabeth Platel, accompagnés par l’orchestre du Théâtre national de l’opéra sous la ­direction de Georges Prêtre.

 

2,8 milliards de francs de travaux

Mais ce n’est que le 17 mars de l’année suivante que s’ouvre la première saison avec "Les Troyens" d’Hector Berlioz. Au total, les travaux ont coûté 2,8 milliards de francs. Critiqué pour son esthétique monumentale malgré une structure marquée par la transparence, le bâtiment accueille deux autres salles plus petites, un amphithéâtre de 500 places et un studio de 230 places, des ateliers de fabrication de décors et de costumes ainsi que des locaux administratifs.

Avec le Palais-Garnier, Bastille forme l’Opéra national de Paris, qui affiche plus de 700 000 entrées par an.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles