Marine Le Pen demande la dissolution de l'UOIF

La candidate du Front national à la présidentielle, Marine Le Pen, a réclamé vendredi dans un communiqué la dissolution de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) et l'interdiction de son congrès prévu du 6 au 9 avril au Bourget.[AFP/Archives]

La candidate du Front national à la présidentielle, Marine Le Pen, a réclamé vendredi dans un communiqué la dissolution de l'Union des organisations islamiques de France () et l'interdiction de son congrès prévu du 6 au 9 avril au Bourget.

"Marine Le Pen demande l'interdiction du rassemblement du Bourget. Marine Le Pen demande la dissolution de l'UOIF", précise ce communiqué en qualifiant de "vaine agitation électoraliste" les mesures prises récemment par les autorités à l'encontre de prédicateurs qui étaient attendus au congrès du Bourget.

"Les responsables de notre pays considèrent bien l'UOIF comme proche des islamistes, sinon même des terroristes", a analysé Marine Le Pen.

La France a décidé jeudi d'interdire son territoire au Palestinien Akrima Sabri, aux Saoudiens Ayed Bin Abdallah Al Qarni et Abdallah Basfar et à l'Egyptien Safwat Al Hijazi, qui devaient tous intervenir du 6 au 9 avril au Bourget.

L'influent cheikh sunnite qatari Youssef Qaradaoui avait déjà été déclaré "indésirable" par le président Nicolas Sarkozy. L'imam égyptien Mahmoud Al-Masri s'est désisté.

Ces développements se sont produits après les tueries de Montauban et de Toulouse.

"Il faut prendre sans tarder et sans faiblesse des mesures drastiques contre l'islam radical", a poursuivi Mme Le Pen en promettant de prendre "toutes les dispositions nécessaires pour protéger les Français de la menace islamiste".

"Marine Le Pen aidera les Français musulmans à se libérer de l'emprise de ces fanatiques qui pourrissent les quartiers et oppriment les femmes, en pervertissant la religion", conclut le communiqué.

Vous aimerez aussi

Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie
L'opposant et perdant de la présidentielle au Zimbabwe, Nelson Chamisa, Harare, 3 août 2018 [Jekesai NJIKIZANA / AFP]
Afrique Zimbabwe : le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie à la fraude

Ailleurs sur le web

Derniers articles