Ayoub n'a "pas du tout" de lien avec le FN, selon Aliot

Louis Aliot, vice-président du FN, le 6 juin 2012 près de Perpignan [Raymond Roig / AFP/Archives] Louis Aliot, vice-président du FN, le 6 juin 2012 près de Perpignan [Raymond Roig / AFP/Archives]

Louis Aliot, vice-président du FN, a affirmé lundi que le chef des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) Serge Ayoub, dont la dissolution a été demandée par le Premier ministre, n'a "pas du tout" de lien avec son parti, tout en reconnaissant qu'il avait été vu au marché d'Hénin-Beaumont lors de la campagne des législatives.

Interrogé dans le "Grand journal" de Canal + à propos des liens entre son parti et le groupuscule d'extrême-droite M. Aliot a répondu qu'il n'y en avait "pas du tout".

Dimanche, dans l'émission "Tous politiques" de France Inter avec l'AFP et Le Monde, Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, avait rapporté qu'il avait vu "personnellement" M. Ayoub au marché d'Hénin-Beaumont le 1er juin 2012, lors de la campagne pour les législatives, "en soutien de Mme Le Pen". "Ce jour-là elle lui a serré la main et elle le connaissait", avait insisté M. Mélenchon.

"Qu'il soit sur le marché d'Hénin-Beaumont, c'était vrai, à titre totalement personnel, pour tenter de récupérer des militants politiques", a dit M. Aliot. "Mais en aucun cas il n'a été accueilli par les équipes du Front national sur place". M. Aliot a ensuite assuré à l'AFP que Mme Le Pen et M. Ayoub ne s'étaient jamais retrouvés ensemble au marché d'Hénin-Beaumont.

"Il est venu par opportunisme politique tenter de récupérer peut-être des militants parce qu'il pensait qu'à Hénin-Beaumont, il y avait un laboratoire pour ce qu'il considère être comme l'extrême-droite, a-t-il poursuivi.

"'Mais ce n'est pas le cas, à Hénin-Beaumont, on vote pour autre chose, on vote à cause de la désespérance sociale, on vote à cause de la trahison du parti socialiste et du parti communiste pour le Front national, mais en aucun cas on ne se range à côté de ce genre d'individus", a insisté le responsable FN.

M. Aliot a confirmé par ailleurs qu'"il y aura des adhérents sur la liste de Robert Ménard aux municipales à Béziers" en mars 2014. Le Front national a apporté officiellement son soutien au journaliste et polémiste qui a décidé d'affronter le maire UMP sortant, Raymond Couderc, en place depuis 1995.

"Je pense que le Front national va créer la surprise aux municipales, et encore plus aux européennes", a pronostiqué M. Aliot.

À suivre aussi

Sur cette photo, prise le 13 janvier 2020, Bernard Preynat, un ancien prêtre accusé d'agressions sexuelles, attend au début de son procès au palais de justice de Lyon.
Justice Procès Preynat : au moins 8 ans de prison ferme requis, décision le 16 mars
Faits divers Toulouse : Il enlève un homme de 83 ans et le violente pour l'obliger à retirer de l'argent
Faits divers Strasbourg : 3 pompiers agressés au couteau par un homme qu’ils venaient secourir

Ailleurs sur le web

Derniers articles