Après Nadine Morano, Marion Le Pen traitée de "salope"

Marion Maréchal - Le Pen en juin 2013[Jean-Pierre MULLER / AFP]

Utiliser l'insulte "salope" pour qualifier les femmes politiques deviendrait-il une mode ? Après l'humoriste Guy Bedos qui avait traité ainsi Nadine Morano, c'est Jean Bourdeau, l'assistant parlementaire de Jean-Pierre Michel (PS) qui a utilisé cette insulte à l'encontre de Marion Le Pen.

 

Jean Bourdeau, attaché parlementaire du sénateur socialiste Jean-Pierre Michel, fait parler de lui sur le réseau social Twitter. Dans un message, publié dimanche, il qualifie de "conne" et de "salope" Marion Maréchal-Le Pen, la benjamine de l'Assemblée nationale.

 

 

Tweet qu'il a ensuite pleinement assumé dans un nouveau message mis en ligne lundi soir.

 

 

Sa sortie fait référence aux insultes proférées par l'humoriste à l'encontre de Nadine Morano lors d'un spectacle joué à Toul vendredi dernier, devant 1300 spectateurs. Sur scène, il avait qualifiée de salope l'ex-députée de Meurthe-et-Moselle et a affirmé depuis refuser de s'excuser.

Son employeur, le sénateur Jean-Pierre Michel, a quant à lui publié un tweet de soutien. "On peut espère (sic) que même le FN comprend l'humour" y explique l'élu de Haute-Saône.

 

 

Contacté par le Lab-Europe1, l'entourage de Marion-Maréchal Le Pen assure qu' "une plainte va être déposée à l'encontre de l'attaché parlementaire". Quant à Marion Maréchal Le Pen, elle a écrit une lettre ouverte à Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, dans laquelle elle lui demande de "sanctionner ce type de propos" et de "prendre les dispositions nécessaires".

Sur son propre compte Twitter, la jeune députée du Vaucluse a par ailleurs taclé Jean-Pierre Michel, figure du Syndicat de la Magistrature, qui avait défrayé la chronique dans l'affaire du "mur des cons".

 

 

En juin 2013, au moment des débats sur le mariage pour tous, Jean Bourdeau avait déjà appelé, sur Twitter, à  "tirer des coups de canon sur le Printemps français", visant l'un des principaux mouvements d'opposition au mariage gay.

 

Ces propos interviennent alors que débat sur le sexisme dans le milieu politique vient d'être relancé par un incident récent à l'Assemblée nationale. Alors qu'elle prenait la parole le 8 octobre depuis les bancs de l'Assemblée nationale, la députée écologiste Véronique Massonneau a été interrompu par des imitations de cris de poules, "interprétés" par le député apparenté UMP Philippe Le Ray qui a été sanctionné.

 

Le pire des tweets misogynes sutr Marion Bartoli

Pour le maire de Londres, les femmes vont à la fac "pour trouver un mari"

Le Front National : une affaire de famille

 

 

À suivre aussi

littérature Une réédition en France de «Mein Kampf» en 2020
Exposition L’homme de Vitruve figurera bien parmi les œuvres exposées au Louvre
Politique Polémique sur le voile : Emmanuel Macron appelle à «ne pas stigmatiser» les concitoyens

Ailleurs sur le web

Derniers articles