Nomination du nouveau gouvernement: réactions politiques

Le député UMP Pierre Lellouche à l'Assemblée nationale à Paris, le 3 juin 2014 [François Guillot / AFP/Archives] Le député UMP Pierre Lellouche à l'Assemblée nationale à Paris, le 3 juin 2014 [François Guillot / AFP/Archives]

Voici de nouvelles réactions politiques à l'annonce mardi soir de la composition du nouveau gouvernement de Manuel Valls:

- Pierre Lellouche, député UMP de Paris : "Manuel Valls a viré les fortes têtes de son gouvernement et fait entrer ou promeut des technocrates et des seconds couteaux, appréciés pour leur docilité. Reste que ce gouvernement, sans grande stature ni relief, va rapidement voir sa base politique fondre jour après jour, à gauche, dans le PS et dans tout le pays. Après cette crise, Manuel Valls n'a plus le temps ni les moyens du virage social-libéral que François Hollande aurait dû entreprendre dès 2012. Un retour devant le peuple s'avèrera vite inévitable. (à l'AFP)

- Florian Philippot, vice-président du FN, député européen: "(Emmanuel) Macron à l'Economie et l'Industrie ou l'officialisation de la domination de la grande finance !" (Twitter)

- Nicolas Bay, député européen FN : "[email protected] (Najat Vallaud-Belkacem) à l'éducation. À quand les cours d'éducation sexuelle assurée par #Conchita #Wurst #Valls 2 ?" (Twitter)

- Philippe Vigier, président du groupe UDI à l'Assemblée nationale : "Le +pseudo nouveau+ gouvernement de Manuel Valls ne sera pas plus efficace pour relever les défis auxquels le pays est confronté (...). Aujourd’hui, après ce remaniement, les doutes quant à la capacité et la volonté de l’exécutif de tourner le dos à la politique menée depuis maintenant plus de deux ans restent les mêmes" (communiqué)

- Chasse, Pêche, Nature et Traditions : "À l’évidence, et comme le dit F. Hollande, c’est un +gouvernement de combat+ … mais contre les Français, contre leur pouvoir d'achat et leur +bien-vivre+, contre les acteurs économiques français et l'emploi, contre la ruralité et ses forces vives, dont les chasseurs ! Les deux têtes de l’exécutif tournent le dos à l'identité rurale, à l’ADN de la France des territoires ! Tous sauront s’en souvenir aux prochaines échéances électorales !" (communiqué)

- Jean-Pierre Bel, président du Sénat (PS), "se félicite de voir une équipe de qualité, diverse, qui respecte le principe de parité (...) Ce nouveau gouvernement répond ainsi à l’enjeu de la clarification et à la volonté d’œuvrer pour redresser le pays dans la justice sociale. Les défis liés à la situation économique, au drame du chômage et à la redéfinition d’une ambition européenne forte exigent pour y faire face que le gouvernement fasse preuve d’une solidarité sans faille et d’un dévouement, sans arrières pensées, au service de nos concitoyens." (communiqué)

- François Sauvadet, ancien ministre, vice-président de l'UDI : "Le message est sans ambiguïté avec la nomination d'Emmanuel Macron à l'Economie: la finance n'est plus un ennemi! Ce gouvernement parviendra-t-il à réussir là où le précédent a échoué si vite ? J'en doute" (communiqué)

- François Zocchetto, président du groupe UDI-UC au Sénat: "Le premier ministre doit résolument assumer sa volonté réformatrice, quitte à froisser les idéologues de sa majorité. Nous attendons du Président et de ses ministres un comportement responsable. Nous attendons d'eux du travail et des résultats." (communiqué)

Vous aimerez aussi

Fête nationale Défilé du 14 juillet : le selfie des ministres façon «sortie scolaire» amuse
Le Premier ministre Edouard Philippe, à Paris le 6 juillet 2018 [ludovic MARIN / AFP/Archives]
Politique Edouard Philippe confirme la création d'un parquet national antiterroriste
Gouvernement Marlène Schiappa s'attire les critiques après une interview de Claire Chazal dans Paris Match

Ailleurs sur le web

Derniers articles