Pour NKM, l'abrogation de la loi Taubira, "ni souhaitable, ni possible"

Nathalie Kosciusko-Morizet soutient Nicolas Sarkozy mais estime que l'abrogation de la loi Taubira n'est "ni souhaitable, ni possible".[AFP]

Nathalie Kosciusko-Morizet, soutien de Nicolas Sarkozy dans la course à la présidence de l'UMP, l'a contredit lundi en assurant que l'abrogation de la loi sur le mariage homosexuel n'était "ni souhaitable ni possible".

 

Interrogée par Europe 1 sur les propos de l'ancien chef de l'Etat parlant samedi d'abroger ce texte, celle qui fut sa porte-parole de campagne en 2012 a tranché: "Je ne suis pas du tout d'accord avec cette orientation". "Je crois que l'abrogation de la loi Taubira n'est ni souhaitable, ni possible".

L'ex-ministre a rappelé s'être "battue dans le précédent quinquennat pour qu'on aille dans le sens d'une union homosexuelle, qu'on aille au bout de cette promesse qui était celle de Nicolas Sarkozy en 2007".

"Je n'aurais pas fait la loi comme ça", a-t-elle relevé, expliquant son abstention au moment du vote. "Je n'ai pas aimé notamment la méthode qui a cherché à cliver les Français. N'empêche que maintenant elle est faite et je ne crois pas qu'il soit souhaitable en aucune manière de l'abroger".

Et par ailleurs "je ne crois pas que cela soit possible : le Conseil constitutionnel a une jurisprudence constante sur la question il ne revient pas sur de nouveaux droits qui ont été donnés".

Redisant son soutien à M. Sarkozy, le députée et chef de l'opposition municipale parisienne a ajouté : "cela ne m'amène en aucune manière à céder sur mes convictions" qui "sont constantes".

"Que vous disiez : abroger réécrire...On peut avoir des débats à l'infini là-dessus, mais je ne suis pas favorable à ce qu'on touche à la loi Taubira", a dit NKM, même si elle admet qu'on puisse la préciser, sur la GPA par exemple.

"Je rencontre beaucoup de ces Français moins allants que moi dans cette direction, y compris qui ont manifesté contre, qui aujourd'hui, disent: on ne va pas rouvrir cette plaie-là, il y a d'autres urgences".

L'idée de deux mariages différents, évoquée par M. Sarkozy lui semble irréalisable: " se côtoieraient différents types de mariés: les mariés d'avant la loi, de pendant la loi, d'après la loi". Ce n'est "pas possible".

Elle n'a cependant pas vu de volte-face de son champion: "ça fait longtemps qu'il dit qu'il veut réécrire la loi" et "d'une manière ou d'une autre revenir dessus".

Invité samedi à un débat par Sens Commun, une association née au sein de l'UMP dans le sillage de la Manif pour tous, l'ancien président a employé pour la première fois le terme d'"abrogation", après avoir été chahuté par l'assistance pour avoir dans un premier temps défendu une "réécriture" de la loi.

À suivre aussi

Politique NKM quitte le Conseil de Paris
Politique NKM va animer un séminaire d'écologie politique à Polytechnique
Politique De la prison avec sursis et une amende pour l’agresseur de Nathalie Kosciusko-Morizet

Ailleurs sur le web

Derniers articles