Bombe thermobarique, canon à son : les armes du futur

Fusil, canon, bombe : les armes du futur pourraient bientôt apparaître. [SEBASTIEN BOZON / AFP]

Pour inventer de nouvelles machines à tuer, les fabricants d’armes repoussent les limites de l’imagination et créent un arsenal terrifiant conçu pour faire un maximum de dégâts et de victimes. 

Un arsenal létal à ne pas mettre dans les mains du premier venu. Revu d'effectif de ces armes du futur.

La bombe thermobarique 

Contrairement aux bombes «classiques», qui contiennent une charge explosive, et les bombes à fragmentation, qui dispersent des morceaux d'obus ou de métal, la bombe thermobarique, aussi appelée «bombe à vide», contient un combustible gazeux ou liquide qui s'embrase au contact de l'air et produit une puissante et durable onde de choc. Ce type de bombe ne cause pas d'importants dégâts matériels.

A lire aussi : Satan 2, le missile nucléaire russe capable de détruire un pays de la taille de la France 

Elle est en revanche extrêmement meurtrière pour les populations humaines qui meurent asphyxiées ou brûlées par les flammes. Pire, le «brouillard» enflammé s'infiltre dans moindre fissure dans les tunnels et les sous-sols. Cette bombe a été utilisée par la Russie durant la guerre en Tchétchenie ou en Afghanistan par les Américain.

Le canon laser 

Aussi nommé «arme à énergie dirigée», les canons laser équiperont dans quelques années les forces navales américaines, les avions de chasse et même l'artillerie au sol en 2023. Invisible et silencieux, le canon laser concentre un faisceau de lumière très énergétique capable de percer des trous dans n’importe quel blindage ou de vaporiser sa cible instantanément.

Le tir est ultrarapide et précis. Il permet en outre de « doser » les dommages en ajustant la durée du faisceau. L’objet se pilote «comme un jeu vidéo» selon l’US Navy, mais il est surtout extrêmement rentable : un tir revient à moins d’un dollar contre plus d’un million pour un missile classique d’interception. Les Russes sont eux aussi sur le coup et la direction générale de l’armement (DGA) française assure plancher dessus.

Le canon à son

Particulièrement adapté aux émeutes urbaines, le canon à son diffuse une onde sonore très concentrée, qui se diffuse peu en dehors de sa trajectoire. Son intensité peut dépasser les 150 décibels, bien au-delà du seuil de douleur de 130 décibels et suffisant pour déchirer un tympan. Et les effets décrits par les personnes présentes sur place font froid dans le dos : un son «audible dans la chair», «des entrailles qui se soulèvent», «des sinus qui s’enflamment» ou encore «une sensation d’hémorragie dans les orifices corporels et des migraines persistantes».

Missile autodéterminé 

Une bombe qui choisit elle-même sa cible. C’est la promesse des nouvelles armes autonomes, guidées par intelligence artificielle. La Corée du Sud a par exemple déployé un complexe de tirs entièrement autonomes à sa frontière avec son voisin du Nord, tandis qu’Israël possède toute une flotte de drones décollant automatiquement dès qu’un radar ennemi est détecté.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles