Présidentielle 2017 : Macron impose sa dynamique

Voulant peaufiner sa stature à l’international, Emmanuel Macron a pu se targuer d’une visite programmée en mars avec la chancelière allemande Angela Merkel. [© PASCAL LACHENAUD / AFP]

Après plusieurs jours difficiles, suite à ses propos tenus sur la colonisation et les anti-mariage gay, le candidat d'En Marche ! profite d’une embellie, en multipliant les alliances.

Emmanuel Macron reprend la main. Dernier tour de force en date : le ralliement, dimanche, de Christophe Caresche, député PS de Paris et chef de file du pôle des réformateurs. Dans le JDD, l’élu a ainsi dit vouloir suivre un candidat offrant «la possibilité de créer une nouvelle force, cohérente».

A lire aussi : Présidentielle 2017 : le programme d'Emmanuel Macron

Ce dernier ralliement est symbolique, pour Emmanuel Macron, quelques jours seulement après celle, de poids, du centriste François Bayrou, mercredi. L’équipe du fondateur d’En Marche ! ne cachait pas non plus ce week-end son souhait de recevoir également le soutien de Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l’Ecologie. Un temps annoncée, la rencontre entre les deux hommes a finalement été démentie, hier. Même si «des échanges» ont, selon leurs entourages respectifs, bien lieu.

Voulant peaufiner sa stature à l’international, Emmanuel Macron a aussi pu se targuer d’une visite programmée en mars avec la chancelière allemande Angela Merkel, après avoir échangé avec Theresa May à Londres la semaine dernière. Preuve que la dynamique est repartie, l’ancien ministre a bondi (25 %) dans un dernier sondage Odoxa paru hier, se plaçant à seulement deux points de Marine Le Pen (27 %). 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles