Le jour où Mesrine s'est évadé de la prison de la santé

8 mai 1978 : le jour où Jacques Mesrine s'est évadé de la prison de la santé. 8 mai 1978 : le jour où Jacques Mesrine s'est évadé de la prison de la santé. [PAVUNIC / AFP]

Depuis son ouverture au XIXE siècle, la prison de la Santé (14e) a été le théâtre de spectaculaires évasions, parmi lesquelles celle de Jacques Mesrine, condamné en 1977 à vingt ans de réclusion criminelle.

 

Ce matin-là, le 8 mai 1978, "l’ennemi public numéro un" s’entretient avec son avocat. Il demande au gardien présent d’aller chercher un dossier dans la cellule de son ami François Besse. Au moment de lui tendre le document, le complice asperge le surveillant de gaz lacrymogène. Pendant ce temps, Mesrine monte sur la table et récupère des armes à feu, une corde et un grappin cachés dans le plafond. 

En quelques minutes, les deux hommes ont enfermé les gardiens. Dans leur fuite, ils entraînent un troisième détenu, Carman Rives.

Pour franchir les murs, ils utilisent des échelles laissées dans la cour par les ouvriers et atteignent l’enceinte extérieure. Alors que les fuyards passent de l’autre côté, une fusillade s’ensuit. Carman Rives est tué. Mesrine et Besse s’évadent et interceptent une voiture au croisement du boulevard Saint-Jacques.

La Renault 20 est retrouvée quelques heures plus tard dans le 15e arrondissement. Les fugitifs restent quant à eux introuvables.

Maître dans l’art de se travestir, Mesrine commet d’autres faits d’armes retentissants, avant d’être mortellement abattu Porte de Clignancourt, par la police, le 2 novembre 1979. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles