Le célibat est-il génétique ?

Peut-on être célibataire de naissance ? Photo d'illustration.[AFP]

Des scientifiques pékinois auraient identifié "le gène du célibat". Selon leurs travaux, la génétique pourrait avoir une influence réelle sur la capacité des individus à vivre en couple. 

 

Un individu qui possède le "gène de célibat" aurait 20% de chances de plus que les autres d’être célibataire. Cette estimation réalisée par des chercheurs chinois – à partir d'un panel composé de 600 échantillons de cheveux d’étudiants - tend à montrer qu’être ou ne pas être en couple n’est pas qu’une question de hasard. Mais aussi de génétique.

Selon l'étude, la faible présence de sérotonine chez les porteurs de ce gène - le gène G en l'occurence - rendraient ces derniers plus faibles psychologiquement et davantage susceptibles de souffrir de dépression. Un état psychologique qui, par ricochet, ne favorise pas la vie conjugale.

 

 

Pessimistes et névrosés

Dans Scientific Reports, les chercheurs expliquent le phénomène : "Comme le pessimisme et la névrose sont préjudiciables à la formation, à la qualité et à la stabilité des relations de couple, ce lien entre l'allèle G et les troubles psychologiques pourraient diminuer la possibilité de rencontres amoureuses ou conduire à l’échec une relation amoureuse."

Les chercheurs précisent dans les colonnes du Daily Mail que "s’il y a une évidente contribution génétique aux relations sociales", d’autres facteurs - sociaux, professionnels, familiaux - peuvent prendre le pas sur ce gène.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles