Coupe du monde 2018 : l'égalisation de l'Espagne face au Maroc n’était pas valable

Les Lions de l’Atlas ont crié au scandale en fin de rencontre. [Firo / Icon Sport]

Eliminé avant la rencontre, le Maroc a toutefois livré une superbe performance face à l'Espagne (2-2). Mais aurait pu l'emporter sans une erreur de l'arbitre.

Pour leur dernière rencontre dans cette Coupe du monde 2018, les Lions de l'Atlas avaient l'envie de bien figurer. Et ils ont tenu la dragée haute aux champions du monde 2010 en décrochant un nul (2-2) après avoir mené par deux fois au score. Mais ils auraient également pu espérer mieux si le dernier but n'était entaché d'une erreur de l'arbitre.

Car si la réalisation - sublime - de Iago Aspas (91e) a été validée, à juste titre, par la VAR, c'est l'action précédente qui fait débat. Le but vient en effet d'un corner concédé à gauche mais qui est joué à droite. Les Marocains étaient d'ailleurs tous retournés du côté gauche et ont été surpris.

La loi 17 invalide le but

« La seule question que je voudrais poser et tous les joueurs se la posent, a révélé Hervé Renard en conférence de presse d’après-match. Sur le deuxième but égalisateur, le ballon est sorti d’un côté, donc on attend le corner d’un côté, il est joué de l’autre, est-ce que c’est autorisé ? Sincèrement, je ne peux pas vous dire si c'est autorisé ou pas. Si cela ne l’est pas, c’est une erreur énorme d’arbitrage. »

Et si l'on s'en tient aux textes de la Fifa, c'est belle est bien une erreur commise par Ravshan Irmatov, l'arbitre de la rencontre. L'instance internationale précise en effet dans sa loi 17 que « le ballon doit être positionné dans la surface de coin la plus proche de l’endroit où le ballon a franchi la ligne de but ». Ce qui n'a donc pas été le cas, d'où la colère des Marocains en fin de rencontre, notamment celle de Nordin Amrabat qui a critiqué la VAR.

capture_decran_2018-06-26_a_13.jpg

Les hommes d'Hervé Renard quittent toutefois la compétition la tête haute après un début très compliqué (deux défaites face à l'Iran et au Portugal).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles