Tout savoir sur Clément Lenglet, le Français qui a signé au FC Barcelone

Clément Lenglet, sous le maillot du FC Séville.[IAN KINGTON / AFP]

C’est officiel, Clément Lenglet (23 ans) quitte le FC Séville et rejoint ses compatriotes Samuel Umtiti et Ousmane Dembélé au FC Barcelone, pour 35,9 millions d’euros. Retour sur l’itinéraire d’un jeune homme pressé.

De Nancy à Barcelone en 18 mois

Né à Beauvais, Clément Lenglet a été formé à l’AS Nancy Lorraine. C’est également dans le club lorrain qu’il fait ses débuts avec les professionnels, à l’âge de 18 ans, contre Arles-Avignon en 2013. Très rapidement, l’entraîneur Pablo Correa voit son immense potentiel et le propulse titulaire. Après deux saisons, il est même intronisé capitaine à tout juste 20 ans, preuve de sa grande maturité et de ses qualités de leader.

À l’issue de la saison 2015-2016, l’ASNL remporte le championnat de Ligue 2, et accède donc à l’élite. Si certains jeunes joueurs peinent parfois à s’adapter à l’échelon supérieur, ce n’est pas le cas de Clément Lenglet, qui en tout juste six mois et dix-huit matchs de Ligue 1, montre d’impressionnantes qualités. Au point de voir le FC Séville, à l’époque triple tenant du titre de la Ligue Europa, mettre cinq millions d’euros sur la table pour s’attacher les services au mercato hivernal (janvier 2016).

Une semaine après son arrivée en Andalousie, Lenglet est propulsé dans le grand bain, et affronte pour son premier match sous ses nouvelles couleurs le Real Madrid, entraîné par Zinedine Zidane. Lenglet tient le choc, et s’installe rapidement comme titulaire en défense centrale, à tout juste 21 ans.

La saison 2017-2018 est celle de la confirmation pour lui. Titulaire indiscutable, homme de base de l’entraîneur Pablo Machín, Lenglet crève notamment l’écran en Ligue des Champions. En huitièmes de finale, face à Manchester United, Clément Lenglet réalise un match remarquable et remarqué, qui lui vaudra les compliments de la plupart des médias sportifs. Suffisant, visiblement, pour convaincre les dirigeants du FC Barcelone qui, cet été, n’ont pas hésité à mettre les 35,9 millions d’euros nécessaires à la levée de son option d’achat, tout juste 18 mois après son départ de Nancy.  

Surveillé par les plus grands clubs depuis des années

Depuis ses premiers pas dans le monde professionnel, Clément Lenglet est l’objet de convoitise de nombreux clubs européens. Dès sa deuxième saison, en 2014, c’est ainsi la Juventus de Turin qui s’intéresse à lui. Un intérêt prononcé, au point que le tout jeune défenseur central se déplace à Turin, où le club italien lui fait une proposition. «Je m’étais rendu en Italie mais il était préférable de ne pas partir. A cette époque, la défense turinoise était la meilleure d’Europe, et je savais très bien qu’il serait très difficile de s’y imposer. Je n’avais que six mois de Ligue 2 avec Nancy derrière moi. Je préférais donc continuer à avoir du temps de jeu avec mon club formateur plutôt que de partir jeune à l’étranger», racontait-il ainsi à Eurosport en décembre 2017.

Un peu plus tard, en 2016, alors que Nancy vient de monter en Ligue 1, le directeur sportif du FC Séville, Monchi, considéré comme l’un des meilleurs recruteurs d’Europe, souhaite déjà faire venir le défenseur central français. Un intérêt qui remonte déjà à plusieurs années, mais auquel le président nancéen, Jean-Jacques Rousselot oppose un véto catégorique. «Monchi m'avait repéré avant mes débuts en pro. C’est lui qui a appelé mon père il y a trois ou quatre ans, je n’avais pas encore joué un match en pro et il a fait part de son intérêt. Ils m’ont repéré avec les sélections de jeunes en équipe de France, et sont venus me voir plusieurs fois à Nancy», raconte ainsi Clément Lenglet, dans une interview à Sofoot.

Bientôt une histoire avec les Bleus ?

Clément Lenglet peut-il profiter des retraites internationales à venir d’Adil Rami et de Laurent Koscielny pour s’inviter en équipe de France dans les années à venir ? S’il semble encore assez loin d’Umtiti, Varane et Kimpembé dans la hiérarchie des défenseurs centraux français, l’espoir est permis pour Lenglet.

Les relations visiblement compliquées entre l’équipe de France et Aymeric Laporte laissent notamment un espoir à l’ancien nancéen. Il faudra pour cela réussir à avoir du temps de jeu au FC Barcelone, malgré la concurrence de Piqué et Umtiti, mais si Lenglet continue à progresser aussi vite, tout est possible.

D’autant plus que le jeune homme est déjà un habitué des sélections jeunes. International dans toutes les catégories d’âge, Lenglet sait que Didier Deschamps et son staff sont attentifs à ses performances. À lui d’en profiter.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles