Foot : les transferts bientôt payés en Bitcoin ?

Le Bitcoin présente des avantages certains pour les clubs de foot. [JACK GUEZ / AFP]

Et si au lieu de payer 79,45 millions d'euros pour acheter cet été le gardien Kepa, de l'Athletic Bilbao, Chelsea avait dépensé 14 228 Bitcoin ? Les cryptomonnaies pourraient en effet remplacer plus vite qu'on ne le pense les monnaies traditionnelles pour ce qui concerne les transferts de joueurs de football. 

Lundi, sept clubs de Premier League (Tottenham, Leicester City, Newcastle United, Southampton, Cardiff City, Brighton et Crystal Palace) ont effectué un premier pas en ce sens, en ouvrant des portefeuilles de cryptomonnaies sur la plateforme de trading en ligne eToro. Cette dernière a payé les clubs en Bitcoin en échange de cette campagne promotionnelle. 

S'il ne s'agit pour l'instant que d'une campagne de promotion, l'initative pourrait bien être amenée à faire des émules. Car les cryptomonnaies présentent des avantages certains pour les clubs : des transactions plus faciles, plus rapides, et faciles à réaliser d'un pays à l'autre, ce qui dans l'univers mondialisé du football pourrait s'avérer précieux. 

Comme l'a rappelé le responsable de eToro au Royaume-Uni, les cryptomonnaies pourraient également permettre aux clubs d'améliorer leur transparence financière et même de lutter contre la contrefaçon de leurs produits dérivés. Le Bitcoin, comme l'Ethereum, le Neo ou les autres cryptomonnaies, repose en effet sur la technologie blockchain, une sorte de livre de comptes numérique consultable par tous, dans lequel l'ensemble des transactions réalisées sont consignées sans que l'on puisse en effaçer la trace.

À suivre aussi

Le chessboxing, un sport qui mélange boxe et échecs
Sport Le chessboxing, un sport qui mélange boxe et échecs
Boxe Vidéo : pour son premier combat pro, Evan Holyfield, fils d'Evander, s'impose en...16 secondes
Sport États-Unis : un sportif refuse de rencontrer Donald Trump à la Maison-Blanche

Ailleurs sur le web

Derniers articles