Tour de France 2019 : Julian Alaphilippe vainqueur de la 3e étape et nouveau maillot jaune

Julian Alaphilippe a remporté en solitaire la 3e étape du Tour de France. Julian Alaphilippe a remporté en solitaire la 3e étape du Tour de France.[Sirotti / Icon Sport]

Il était attendu, il a répondu présent. Julian Alaphilippe a remporté, ce lundi, en solitaire la 3e étape du Tour de France à Épernay et endossé le maillot jaune. Cinq ans qu'un Français n'avait plus porté la tunique dorée de leader sur la Grande Boucle.

Quelques minutes seulement après son arrivée, le numéro 1 mondial tricolore avait encore du mal à mesurer la portée de sa performance. «Je ne réalise pas», a-t-il répété à plusieurs reprises au micro de France 2 avant de s’effondrer en larmes submergé par l’émotion. Un moment de bonheur intense pour l’Auvergnat qui a empilé son dixième succès de la saison, après notamment Milan-San Remo et la Flèche wallonne. Mais une victoire sur le Tour de France n’a souvent rien de comparable, encore plus pour un Tricolore. Et davantage quand il se sait attendu.

C’était le cas pour Alaphilippe sur cette 3e étape, qui marquait l’arrivée du peloton dans l’Hexagone après deux premières journées en Belgique. Tout était réuni pour le voir passer à l’action avec un final accidenté taillé pour lui. Et il l’a fait en portant une attaque dont il a le secret à 16 kilomètres de l’arrivée dans la Côte de Mutigny. Après avoir repris Tim Wellens, il a produit son effort dans la descente et foncé jusqu’à la ligne d’arrivée, reléguant à 26 secondes Michael Matthews qui a réglé le sprint du peloton devant Jasper Stuyve et Greg Van Avermaet, pour s’offrir sa troisième victoire d'étape sur le Tour avec en prime le maillot jaune qu'aucun Français n'avait revêtu depuis Tony Gallopin en 2014.

«J’étais très motivé pour faire une belle étape. Le parcours me convenait bien. Quand j’ai vu que j’avais 30 secondes, j’ai tout donné. (…) J’ai tellement rêvé de ce scénario. J’ai mis plein de choses en œuvre pour tenter de le réaliser, s'est-il félicité. Il y avait cette opportunité qui s’offrait, il fallait que je la saisisse.»

Au classement général, le vainqueur du maillot à pois du dernier Tour de France possède 20 secondes d'avance sur Wout Van Aert et 25 sur Steven Kruijswik. Un écart qu'il va tenter de conserver, ce mardi, sur la 4e étape entre Reims et Nancy sur un terrain favorable aux sprinteurs, où il se mettra au service de son équipier Elia Viviani, alors qu'il a déjà l'esprit tourné sur l'étape de jeudi. «Je pense que les étapes dans les Vosges seront difficiles pour moi, a-t-il concédé. Je pense surtout à La Planche des Belles Filles.» Une étape, comme Epernay, qu'il a coché dans son agenda…

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles