J.-P. Huchon : "l'open data au service de la transparence"

Pour Jean-Paul Huchon, l'open data permet de rendre la gestion des institutions moins opaque.[Mickaël Sizine / Direct Matin]

L'Ile-de-France joue la carte du high-tech. C’est dans cette optique que le Conseil régional organise l’«Open week» jusqu’à vendredi.

 

L’«Open week», c'est une manière de faire découvir l’open data, c’est-à-dire l’ouverture de données publiques, en l’occurrence celles fournies par la région concernant ses finances, le logement, la démographie, le chômage, les transports… en libre-accès sur Internet, à travers des conférences et des ateliers de découverte dans des start-ups.

Pour Jean-Paul-Huchon le président (PS) de la Région Ile-de-France, il s’agit aussi de rendre la politique «plus transparente».

 

Qu'attendez-vous de cette première «Open week» ?

Cette opération a pour objectif de promouvoir l'open data, qui est encore assez méconnu du grand public. C'est à mon sens capital dans un souci de transparence, car cela permet de multiplier le contrôle démocratique. Tout le monde peut ainsi accéder librement à notre gestion budgétaire, de l'attribution des marchés publics jusqu'aux détails des 3 600 subventions versées aux associations franciliennes.

 

Ces données peuvent-elles intéresser le grand public ?

Bien sûr, car cela concerne tout le monde, en tant que professionnels, parents, étudiants... Bientôt, on pourra par exemple comparer les lycées sur le plan qualitatif, les effectifs de maîtres-nageurs des piscines et télécharger en septembre, 140 000 photos du patrimoine régional, toutes libres de droits.

 

Une ouverture totale des données sur les transports est-elle prévue ?

Le travail est en cours. Nous nous y sommes engagés, avec le STIF et les opérateurs d’Île-de-France (RATP, SNCF et opérateurs privés de transport routier), car notre ambition est d'améliorer le service pour les usagers. Le STIF a déjà consolidé toutes les grilles horaires des opérateurs afin que les voyageurs puissent prévoir leurs trajets dans les meilleures conditions. Nous travaillons à l’étape suivante pour les usagers : savoir si le train qui est prévu sur le papier a été supprimé ou s’il est en panne. D’ici 2015-2016, l’architecture des données en temps réel partagée qui permet cette avancée sera mise en place. C'est un outil de contrôle précieux. Le STIF travaille à l'ouverture progressive de bien d'autres données : les données sur la fréquentation (anonymes), sur le matériel roulant ou sur les cartes du réseau.

 

Y a-t-il un intérêt économique à développer l'open data dans la région ?

Oui, l'open data est même un moteur de croissance pour l'Ile-de-France. En ouvrant nos données, on  permet à des start-ups de développer des services géolocalisés pour le grand public. C'est une mine d'or pour ces sociétés.

 

Quel regard portez-vous sur la vague bleue des municipales ?

Nous avons été victimes d'une abstention volontaire des électeurs de gauche, alors que ceux de droite se sont mobilisés. Le Président de la République a su en tirer les conséquences.

 

Serez-vous candidat aux régionales de 2015 ?

La question de la campagne pour les régionales ne se pose pas pour l'instant réellement, mes activités à la Région m'occupent pleinement.

 

Trois lieux clés pour l'Open Week, en partenariat avec La Fonderie :

- A la Cité des sciences, à Paris (19e), un atelier baptisé «HackYourPhD» est organisé ce mardi à partir de 18h45, sur les liens entre l’art et le monde scientifique.

- Au Numa, rue du Caire, à Paris (2e), 101 sociétés innovantes feront découvrir les nouveaux métiers du numérique, jeudi, pour l’opération «How I met my start-up».

- A l’Institut d’urbanisme d’Ile-de-France, à Paris (15e), un grand concours de développement d’applications cartographiques, «CartoViz», sera organisé. 

 

Régionales 2015 : Huchon et Pécresse sur le sentier de la campagne 

Jean-Paul Huchon : "Investir dans les transports"

 

À suivre aussi

Guillaume Peltier : «On ne veut pas attendre que les listes communautaires fassent 300.000 voix pour intervenir»
Interview «On ne veut pas attendre que les listes communautaires fassent 300.000 voix pour intervenir», selon Guillaume Peltier
«On ne peut pas faire de la politique sans se référer à notre histoire», selon Jérôme Pellistrandi
Interview 11 novembre : «On ne peut pas faire de la politique sans se référer à notre histoire», selon Jérôme Pellistrandi
Évacuation de camps de migrants : «Il y a un traitement humain, social, médical à avoir»
Interview Évacuation de camps de migrants : «Il y a un traitement humain, social, médical à avoir», selon Renaud Muselier

Ailleurs sur le web

Derniers articles