Attaque à la préfecture de police : quand Christophe Castaner évoquait la radicalisation dans les services publics

Par
Mis à jour le Publié le

«Le phénomène de radicalisation au sein des services publics est extrêmement circonscrit», affirmait Christophe Castaner en juin dernier devant l'Assemblée concernant un rapport d’information sur la radicalisation dans les services publics.

Une affirmation qui interpelle après le drame survenu dans l'enceinte de la préfecture de police le 3 octobre. D'autant que le rapport sur lequel se basait le ministre de l'Intérieur au mois de juin évoquait précisément le phénomène de la radicalisation dans la préfecture de police de Paris. 

«S’agissant de la Préfecture de Police de Paris, M. Michel Delpuech a indiqué que ses services de renseignement avaient recensé une quinzaine de signalements (sur plus de 43 000 agents) : une dizaine pour des suspicions de comportements radicalisés et quatre ou cinq cas de fonctionnaires en contact avec des milieux radicalisés», indiquait ainsi le document.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles