Le prix BD Fnac 2017 attribué à L'Eté Diabolik

L'album L'Eté Diabolik rend hommage au héros italien de pulp Diabolik. L'album L'Eté Diabolik rend hommage au héros italien de pulp Diabolik. [[@T.Smolderen/A.Clérisse/Dargaud]]

Le Prix BD Fnac a été décérné ce mardi à l'album L'Eté Diabolik, du scénariste Thierry Smolderen et du dessinateur Alexandre Clérisse, aux éditions Dargaud. Une juste récompense pour cette BD rétro qui fleure bon les sixties.

Le tout sous la forme d'un superbe roman graphique d'apprentissage, sur fond de thriller, que le jury a désigné parmi les six finalistes précédemment sélectionnés par le public. «Je suis très fier de cette récompense, qui va offrir à notre travail une visibilité inattendue», s'est ainsi réjoui le jeune dessinateur Alexandre Clérisse.

A lire aussi : Interview d'Alexandre Clérisse, prix BD Fnac 2017

Avec cet album résolument rétro, le lecteur est transporté au coeur de l'été 1967, alors qu'Alexandre, 15 ans, passe des vacances sur la Côte d'Azur, seul avec son père. Tandis qu'il joue et gagne la finale d'un petit tournoi de tennis, le père du vaincu s'emporte contre le sien. Un grain de sable dans le déroulement de ce tranquille été qui va en appeler beaucoup d'autres. De son initiation, entre amourettes et expériences sensuelles et chimiques d'un côté, en pleine période psychédélique, jusqu'au fil de son histoire familiale, sur fond d'espionnage et de guerre froide.

 

page_12_0.jpg

 

Un album aux multiples références

 

«Je ne suis pas un grand connaisseur des années 1960, c'était donc pour moi un travail d'archéologie dans les codes de ces années là», explique Alexandre Clérisse, qui fut l'élève de Thierry Smolderen à Angoulême. Après s'être immergé à grand renforts de documentations, biographies, films et design, dans cette fin des sixties, il en a retiré des planches au style réjouissant, aux couleurs pop et au trait dynamique, qui se dégustent comme autant de pastilles acidulées. Architecture, sens de l'évocation, découpage des plans, chaque case replonge le lecteur en plein film d'espionnage de l'époque.

 

Ultra-référencé, du Blow-Up d'Antonioni, aux séries de Wahrol, des polars de John le Carré aux films de Tati, L'Eté Diabolik est aussi un hommage appuyé de Thierry Smolderen au héros italien de pulp Diabolik, des sœurs Giussani, paru dans les années 1960 et adapté à l'écran par Mario Bava

 

en_direct_matin_letediabolik.jpg

Un dessin exclusif d'Alexandre Clérisse, dans le ton de l'album, pour Direct Matin. @A.Clérisse

 

Le duo déjà au travail pour la suite

 

Ce prix sonne ainsi comme la juste récompense d'un duo d'auteurs déjà remarqué pour leur travail original dans la recherche graphique et les jeux narratifs. C'est en effet le second album du duo, après Souvenirs de l'Empire de l'Atome, sorti en 2013, qui redonnait vie quant à lui à l'univers des années 1950. 

 

De quoi susciter encore un peu plus d'attentes pour la suite, puisqu'une troisième collaboration est déjà en cours. «Nous sommes déjà sur le prochain album, qui s'intéressera cette fois aux années 1980, avec les débuts de l'informatique, des jeux vidéos et des jeux de rôles», a annoncé Alexandre Clérisse. Il faudra tout de même patienter encore un peu, seul le scénario étant à ce jour terminé.

 

L'Eté Diabolik, de Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse, éditions Dargaud, 168 p., 21€.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles