Hébergement, transport, bon plan... comment réduire le coût de ses vacances quand on est jeune ?

L'économie collaborative permet de réduire de nombreux postes de dépenses lors de la préparation d'un voyage. [PHILIPPE LOPEZ / AFP]

Hébergement, transport, dépense sur place… partir en week-end ou en vacances quand on est étudiant ou fraîchement arrivé sur le marché de l’emploi demande de faire preuve d’imagination. Pour réduire le coût de son séjour, il existe des solutions. Ces initiatives permettront aux budgets serrés de faire des économies.

Prendre en charge des enfants pour diminuer le prix de son billet, être à l’affût de bons plans sans pour autant passer des heures sur internet, trouver un logement à moindre frais tout en faisant des rencontres sont autant de moyens d’économiser sur tous les postes de dépenses.  

Des hébergements à petits prix tournés vers les moins de 30 ans

 En matière de réduction des coûts, l’économie collaborative a fait ses preuves. A la manière du couchsurfing, Yestudent s’appuie sur cette logique. Elle permet aux voyageurs d’entrer en contact avec de jeunes locaux qui les accueilleront chez eux à moindre frais et partageront, en prime, leurs bons plans. Le site propose des nuitées à partir de 15 euros par personne, dans plus de 30 pays d’Europe. Conçu comme un réseau de partage et d’entraide, selon les hôtes et leurs disponibilités, plusieurs services sont proposés gratuitement tels qu’offrir un verre d’accueil, aller chercher son hôte à la gare ou encore faire visiter sa ville. Pour trouver un hôte, il suffit de référencer sa destination, ses dates de séjours, le nombre de voyageurs et la plateforme suggère une liste d’hébergeurs aux profils détaillés. Il ne reste qu’à prendre contact avec son hôte directement sur la plate-forme. Pour éviter les déconvenues et assurer un maximum de sécurité, l’identité des utilisateurs est vérifiée, des avis peuvent être laissés et le site s’occupe des transactions financières.

Réduire le coût de son transport en jouant les baby-sitters ou les accompagnateurs

trajetkidygo-avion-2_5ce827afbee4e.jpg

© Kidygo

Le transport figure parmi les dépenses coûteuses. Pour voyager à moindre frais voire gratuitement en bus, en train et en avion sans pour autant frauder, plusieurs jeunes entreprises offrent des solutions innovantes, elles aussi basées sur l’économie collaborative. Comment ? En proposant aux voyageurs d’accompagner une tierce personne qui prendra en charge tout ou partie du prix du trajet.

C’est notamment le cas de  Kidygo qui compte à ce jour une communauté de 210 000 inscrits. Alors qu’elle a lancé sa nouvelle application en septembre dernier, la start-up met en relation des parents avec des voyageurs qui effectuent le même trajet que l’enfant et qui s’occuperont de lui pendant le voyage. En contrepartie, les «baby-sitters» bénéficient d’une contribution financière qui couvre, généralement, le prix de son billet mais peut aussi être fixée par le parent. Pour devenir, «Kidysitter», il faut s'acquitter d'une adhésion annuelle de 49 euros et s’inscrire, en détaillant le plus possible son profil. Ce dernier sera vérifié avant d’être approuvé. Une fois la première mission accomplie, les parents pourront laisser des commentaires et ainsi doper votre cote de popularité.  

L’entreprise Faciligo s’inscrit dans la même veine avec son concept de co-voyage solidaire. Primée en 2017 lors du concours Handi Tech, l’entreprise met, quant à elle, en contact des personnes à mobilité réduite - qu’elles soient en fauteuil, âgées ou handicapées - et des personnes valides, le temps d’un trajet commun en avion, en train, en bus, en covoiturage ou même à pied. Les accompagnants sont ensuite rémunérés d’un euros cinquante, pour un trajet dans sa ville, à six euros de l’heure voire de la gratuité de son billet pour un trajet plus long. De leurs côtés, les personnes accompagnées ne dépendent plus de leurs proches pour voyager. Une belle idée.  

L’outil qui permet d’être à l’affût des bons plans vols

csean_pavone_123rf_cagliari_-_sardaigne_copie_2_5ce8281b4c57f.jpg

©Sean Pavone / 123RF Cagliari - Sardaigne 

L’occasion fait le larron. Aujourd’hui les bons plans et les promotions sont souvent à l’origine de l’acte d’achat. Une pratique particulièrement plébiscitée par les Millennials. Pour les jeunes à la recherche du bon plan voyage plus que d’une destination en particulier Easyvoyage a lancé son comparateur de recherches inversées. Cet outil référence grâce à un algorithme les meilleurs bons plans du moment. Il s’appuie pour cela sur des critères de qualité (historique des prix, optimisation des horaires des vols, météo sur place...) pour trouver les meilleures offres de vols en France, en Europe et dans le monde. Plus de 80 bons plans sont proposés toutes les heures. Et il est même possible de personnaliser ses recherches selon sa ville de départ, la période et la durée souhaitée. 

Tenter sa chance, en achetant des séjours aux enchères  

Le milieu de l’art n’a pas le monopole des ventes aux enchères. Alors qu’il gagne le secteur des voyages et des sorties, ce mode d’achat peut permettre de réaliser de belles économies. Le site Loisirs enchères en a fait sa spécialité. Il permet à ses membres d’acheter de cette façon des séjours en France et en Europe. Plusieurs dizaines d'offres sont quotidiennement référencées. Il s’agit aussi bien de courtes escapades en hôtel que des virées d’une semaine, certaines incluant les vols. Les enchères débutent à 1 euro, durent entre quinze minutes et une semaine et permettent de décrocher un séjour à moindre frais.  A noter : un prix minimum est toutefois imposé. Connu à la fin des enchères, il doit être atteint pour que la vente soit adjugée. 

Faire du sport gratuitement tout en découvrant la ville : le jogging touristique

Le running est aujourd’hui l’une des pratiques sportives les moins onéreuses. Alors qu’on peut la pratiquer partout, deux quadragénaires, persuadés que la course à pied est un excellent moyen de découvrir une ville, ont lancé en 2016 l’application Runnin’City. Depuis, elle ne cesse de se développer et permet, à ce jour, de découvrir plus de 150 destinations à travers des parcours de 5, 10 et 15 kilomètres sélectionnés pour les points d’intérêts croisés en chemin, qui feront d’ailleurs l’objet d’explications de 15 à 30 secondes. Un concept original, qui permet de faire du sport un peu partout sur la planète, et qui a valu à Runnin’City de recevoir, en janvier dernier, un Innovation award au CES de Las Vegas, célèbre salon high-tech. 

Gagner de l’argent à son retour en publiant son guide de voyage

capture_decran_2019-05-24_a_19.23.58_5ce829132cab0.png

© DR / Tripilli Capture d'écran 

L'idée séduit. Pour tous ceux qui décident de se lancer dans un long voyage ou tout simplement dans un city-trip, pourquoi ne pas amortir le coût de leurs vacances en publiant, à leur retour, un guide retraçant leur escapade et tenter de gagner un peu d’argent. Tel est le concept de la start-up Tripilli.com qui depuis 2016, commercialise des guides écrits par des particuliers pour des particuliers. Simple d'utilisation, le site donne la possibilité de créer facilement son ouvrage, en partageant son itinéraire, son carnet d’adresses et ses conseils. Après vérification des informations, ce dernier est mis en vente sur leur plateforme. En cas d’achat, le vendeur perçoit 42, 5 % de la vente. C’est aussi un bon moyen de glaner des idées de vacances, tout en ayant une idée de son budget prévisionnel. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles