Immobilier : "Le nombre de ventes reste bas"

Les ventes de logements neufs ont montré une forte hausse au premier semestre 2015.[CC / Frédéric Bisson]

Après plusieurs années de baisse, le nombre de ventes de logements neufs a frémi en ce début d’année. Si les professionnels du secteur accueillent avec satisfaction ce redressement de courbe, ils n’en demeurent pas moins réservés sur l’avenir du marché. Pour Michel Dulimon, vice-président du comité exécutif du groupe Arcade, la reprise du secteur risque d’être plus longue que prévue.

 
Les chiffres révèlent une hausse de 14,4 % des ventes de logements neufs au premier trimestre. Est-ce le début de la reprise ?
 
Il faut rester mesuré. Depuis le début de l’année, nous constatons effectivement une hausse de l’investissement locatif, lié au dispositif Pinel (Ndlr : qui ouvre des droits à des réductions d’impôts). Mais les ventes auprès des primo-accédants, ceux qui achètent pour la première fois, baissent d’environ 3 % sur la même période.
 
Par ailleurs, nous risquons dans quelques mois de ne plus avoir à disposition de deux pièces, des logements qui rencontrent le plus de succès. Je crains donc que cette embellie ne dure pas faute de produits présents sur le marché.
 
 
Comment expliquer vous cette frilosité à l’achat ?
 
Le niveau des taux d’intérêt est plutôt un facteur encourageant à l’achat. Mais la hausse continue du chômage est source d’inquiétude. Pour les promoteurs, cela se ressent par un rythme de commercialisation très bas, qui tranche avec les années 2000 où le climat était des plus favorables. 
 
 
Quand estimez-vous qu’une réelle reprise va se manifester ?
 
C’est difficile à juger. Nous sommes dans une problématique de production de logements. Souvent, les collectivités locales ne sont pas favorables au lancement de nouveaux programmes. Les montages des projets sont trop longs. Et surtout, les prix ne bougent pas. Quand on lance un programme avec un prix au mètre carré moins élevé que ce qui se pratique sur la zone, tous les biens partent vite.
 
Mais nous ne savons pas comment comprimer les coûts pour réduire le prix de vente. Pourtant, je peux vous assurer que les promoteurs n’attendent qu’une chose : baisser leur prix.
 
 
Quels sont les arguments du neuf ?
 
Un logement neuf présente évidemment des avantages en matière de performance énergétique. C’est aussi le cas pour l’isolation acoustique. Il y a enfin tous les éléments de confort : un balcon, une terrasse, un parking. Enfin, acheter dans le neuf est encouragé par des aides (PTZ, frais de notaire moins élevés…).

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles