Rio 2016 : les déclarations chocs de la première semaine

Camille Lacourt a sévèrement taclé son concurrent chinois Sun Yang [ODD ANDERSEN / AFP]

La première semaine des Jeux olympiques a été riche en médailles ainsi qu'en déclarations marquantes. Des nageurs français, à la judoka brésilienne Rafaela Silva, retour, non-exhaustif, sur les punchlines les plus emblématiques de ce début de compétition. 

«Sun Yang, il pisse violet» (Camille Lacourt, France, Natation)

La déclaration fracassante du nageur français Camille Lacourt, à l'issue de la finale du 100m dos qu'il a terminé à la quatrième place, n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd et a suscité de nombreuses réactions. Le Français faisait référence à son concurrent, le nageur chinois Sun Yang, contrôlé positif au trimétazidine (un stimulant) et qui avait été pour cela suspendu trois mois à l'été 2014.

A lire aussi : Rio 2016 : la Chine critique l'Australie après la sortie de Mack Horton

«Je n'ai jamais pris de produit interdit moi, mais à voir les autres, ça a l'air. Ils n'ont rien à faire dans un sport», a affirmé Camille Lacourt. Sun Yang a également été pris à partie par le nageur australien Mack Horton qui l'a qualifié de «dopé». «J'ai un problème avec les athlètes contrôlés positifs qui continuent à concourir», a ainsi lâché l'Australien. 

«Tu crois qu'il n'y a que les russes et les Chinois hein ? Alors arrêtez de prendre les gens pour de cons» (Philippe Lucas, consultant natation à France Télévisions

Questionné par Alexandre Boyon, journaliste de France Télévisions qui lui demandait s'il considérait qu'il y avait deux poids deux mesures concernant la lutte antidopage en général, l'ancien mentor de Laure Manaudou n'a pas eu sa langue dans sa poche. 

«Cette médaille est pour tous ceux qui ont dis que je devrais être dans une cage» (Rafaela Silva, judoka, Brésil). 

Originaire de la «Cité de Dieu», l'une des favelas les plus misérables et violente de Rio de Janeiro, Rafaela Silva avait été la cible de violentes attaques racistes après sa disqualification aux Jeux olympiques de Londres, en 2012. Quatre ans plus tard, elle a cloué le bec à ceux qui l'avaient traitée de «singe» en remportant la première médaille d'or brésilienne des Jeux olympiques de Rio. «Le singe est sorti de sa cage à Londres et il est devenu champion à Rio», a lancé la championne olympique au cours d'une conférence de presse sur l'égalité raciale. 

«Merci à notre FFT (Fédération Française de Tennis, NDLR) si incompétente pour nous avoir gâché ce moment de sport si important dans nos carrières respectives» (Kristina Mladenovic, Tennis, France)

Les Françaises Caroline Garcia et Kristina Mladenovic ont été éliminées au premier tour du tournoi de tennis en double féminin. Leur premier set est catastrophique. En cause, un imbroglio vestimentaire : une cause du règlement, placé sous l'autorité de la Fédération internationale de tennis (ITF), qui oblige les membres d'une même paire à porter des tenues absolument identiques. Menacée de disqualification et dans l'urgence, Caroline Garcia doit enfiler un maillot de sa coéquipière qu'elle doit mettre à l'envers pour ne pas frustrer son sponsor. Une situation qui a suscité l'ire de Kristina Mladenovic qui s'en est pris à la FFT

«Les cinq premiers ne sont pas clean» (Bernard Kingue Matam, Haltérophilie, France)

Après Camille Lacourt, c'est Bernard Kingue Matam qui dénonce le dopage supposé de ses adversaires. Il a déclaré «attendre les résultats des contrôles antidopage» car, selon lui, «les mecs étaient plus que des monstres. Si la Fédération internationale et le CIO font les choses correctement, je pense pouvoir gagner facilement au moins quatre places...»

«On a été abandonné par Yannick, il nous a lâché» (Jordan Pothain, Natation, France)

Membre du relais 4x200m nage libre, Jordan Pothain a réglé ses comptes avec Yannick Agnel qui n'a pas nagé lors de l'élimination des Français en séries. Annoncé malade, puis rétablis mais finalement indisponible, la star de la natation française a été sévèrement critiquée par ses partenaires. «Je n'ai jamais lâché personne», a pour sa part déclaré Yannick Agnel devant la presse.

«C'est la DTN qui a fait le choix de mettre Damien Joly à ma place. souffrant ou pas, je voulais nager...Jordan a parlé sous le coup de l'émotion et de la déception, je peux comprendre mais ce ne sont pas des paroles à prendre au pied de la lettre.»

«Je ne suis ni Usain Bolt, ni Micheal Phelps. Mais je suis la première Simone Biles» (Simone Biles, gymnastique, Etats-Unis)

Considérée comme la plus grande gymnaste de tous les temps, la prodige américaine Simone Biles a remporté la médaille d'or au concours général féminin en gymnastique.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles