Jérémie Rénier : "Cloclo a pris un an de ma vie"

Jérémie Rénier dans "Cloclo"[Tibo & Anouchka/LGM]

C’est le biopic le plus attendu de l’année. Aujourd’hui sort Cloclo, un film sur la vie de Claude François, réalisé par Florent-Emilio Siri. Après des mois de préparation intense, Jérémie Rénier incarne avec superbe ce personnage complexe, cet homme à femmes tyrannique, d’une grande modernité. Un rôle pour lequel l’acteur est devenu un véritable danseur.

Quelle image aviez-vous de Claude François avant de l’incarner ?

Jérémie Rénier : Honnêtement, je ne connaissais pas grand-chose de lui. Je suis belge, j’ai grandi avec Brel. L’image que j’avais était édulcorée, celle d’un homme lisse, un chanteur à paillettes, un peu kitsch et un poil ringard.

Après avoir passé un an dans sa peau, qu’avez-vous appris ?

J’ai découvert un personnage complexe, intelligent et fin, mais surtout d’une extraordinaire modernité. Un vrai musicien, un précurseur.

Comment vous êtes-vous préparé ?

Il y a eu six mois de préparation intense. J’ai rencontré beaucoup de gens qui l’avaient connu, j’ai lu les bios, les livres écrits par ses femmes, et puis je me suis plongé dans le très riche fonds d’archives vidéo et audio.

Quel a été le moment le plus ardu ?

Physiquement, les parties de concerts filmés étaient très éprouvantes. Cloclo faisait une heure et demie de concert et perdait deux kilos. J’ai fait des concerts qui duraient toute une journée !

Saviez-vous danser ?

Pas du tout. Je partais de zéro. J’ai pris six heures de cours par jour. Et je ne suis pas peu fier de dire que je n’ai pas de danseur-doublure. Oui, maintenant je sais faire le grand écart !

Aviez-vous des doutes ?

Evidemment. On ne devient pas Claude François. J’ai finalement compris qu’il fallait que je donne au personnage une partie de moi. Coller à l’identique, devenir un clone aurait pu nous faire basculer dans la caricature. J’ai donc lâché les rênes et mis un peu de mon humanité et de mon humour dans le personnage. Je me suis fondu dans ses costumes.

Qu’allez-vous garder de lui ?

Honnêtement, rien. Cloclo m’a pris un an de ma vie. C’était formidable. Mais je suis heureux de retrouver ma femme, mes enfants, de pouvoir travailler avec mon frère sur le film que nous écrivons. Je crois que je vais être content de retrouver mon canapé. •

 

Cloclo, de Florent-Emilio Siri (2h28). Avec Jérémie Rénier,

Benoît Magimel, Monica Scattini. En salles.

À suivre aussi

Interview Philippe Lacheau : "On est une grande bande de potes"
ciné Need for Speed, vengeance sur la route
ciné Quand le mariage dynamite les préjugés

Ailleurs sur le web

Derniers articles