Infox, démocrature, Jay-Z, cardiotraining… Le Petit Robert 2020 dévoile ses nouveaux mots

Le linguiste Alain Rey et l'auteur de BD Riad Sattouf, qui a dessiné notamment la couverture du Petit Robert 2020, et leurs éditeurs, ont présenté les nouveaux mots du dictionnaire Le linguiste Alain Rey et l'auteur de BD Riad Sattouf, qui a dessiné notamment la couverture du Petit Robert 2020, et leurs éditeurs, ont présenté les nouveaux mots du dictionnaire en conférence de presse [© DR]

Avis aux amateurs de bons mots et de langage fleuri, Le Petit Robert a dévoilé ses 109 nouveaux arrivants parmi les 60 000 occurrences que contient le dictionnaire.

Comme chaque année, le dictionnaire a fait le choix de coller au plus près de l’actualité, n’en déplaisent aux phobiques des anglicismes et du mélange des cultures. Mais, comme l’a précisé Alain Rey, rédacteur en chef du dictionnaire, lors de la présentation de ces mots nouveaux à la presse, « le français n’est pas limité aux frontières de la France ».

Influences multiculturelles

L’anglais occupe une place de choix dans les nouveaux mots du dictionnaire. Ainsi, « Cardiotraining » - « activité sportive pratiquée pour renforcer les capacités cardiaques » - fait son entrée aux côtés de « data » (données numériques) , « coworking » - « fait, pour des professionnels indépendants, de partager un même espace de travail » - , « agrobusiness » - « ensemble des activités économiques liées à la filière agricole et à l’industrie alimentaire » - ou encore du très technique « blockchain » - « mode de stockage et de transmission de données produites en continu sous forme de blocs liés les uns aux autres dans l’ordre chronologique de leur validation(…) ».

D’autres influences sont à remarquer comme la Scandinavie. Ainsi, le « Hygge » - art de vivre à la danoise, valorisant « ce qui procure bien-être et réconfort, les plaisirs simples du quotidien » fait une entrée remarquée. Le Québec n’est pas à la traîne et l’étonnant « enfirouaper » - « tromper, duper » fera peut-être lever des sourcils tout comme la « Beignerie » - « établissement où l’on vend notamment des beignes, des beignets » qui pourrait facilement être détourné de son sens premier.

Actualité et politique

Les récentes échauffourées des derniers mois sur les Champs Elysées, en marge des manifestations des Gilets Jaunes, ont certainement accéléré le processus d’entrée d’« anticasseur(s) » dans le dictionnaire, qui explique le mot à travers la récente loi débattue à l’assemblée nationale : « loi anticasseur ou anticasseurs, visant à réprimer les délits commis à l’occasion de manifestations considérées comme portant atteinte à l’ordre public et à l’intégrité des biens ».

Signe des préoccupations actuelles, l’écologie est abordée avec des mots comme « biocapacité » - « indicateur chiffré qui évalue la capacité d’un écosystème à reconstituer ses réserves et à absorber les déchets issus de leur consommation » - ou « biomolécule » - « composé chimique présent dans les organismes vivants et participant à leur métabolisme ».

Des petites pépites témoignant du monde actuel, sont à noter. Ainsi, la très fine « démocrature » - « régime politique mêlant des apparences démocratiques et un exercice autoritaire du pouvoir » - fait une entrée tonitruante, tout comme le dynamique « jobiste » - « personne qui exerce un job, un emploi occasionnel » - qui témoigne de la précarisation du travail ou encore le verbe « scroller » - « faire défiler un contenu sur un écran informatique » - et « infox » - « information mensongère ou délibérément biaisée, contribuant à la désinformation », préférée aux « fake news » chères aux réseaux sociaux. De quoi contenter les puristes du français.

Quand le parlé devient écrit

« Aucune langue ne survit sans l’oralité », expliquait Alain Rey lors de la présentation du dictionnaire à la presse. Chaque année, Le Petit Robert fait débat en acceptant de faire entrer dans ses pages quelques termes en provenance du langage parlé. Cette année ne fera pas exception et « boboïser » - « embourgeoiser, gentrifier » - fait désormais partie du célèbre dictionnaire, comme « millenial » - « personne devenue adulte aux environs de l’an 2000 » - ou encore les familiers « gâté » (câlin) et « tototte » ou « totote » , désignant notamment la tétine sucée par les bébés.

Quelques nouveaux grands noms

Le Petit Robert des noms propres a accueilli quelques nouvelles personnalités. Ainsi, le rappeur Jay-Z saura partager son fauteuil de nouvel arrivant avec le cinéaste Steven Soderbergh et les champions du monde de foot, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé. L’écrivain et philosophe suisse Alexandre Jollien ne sera pas très loin du basketteur James Lebron et du monde des arts avec l’artiste française Miss.Tic. et la danseuse et chorégraphe Maguy Marin.

Enfin, comme un pied de nez à ceux qui tentent encore de faire de la BD un sous-genre, Le dictionnaire a fait réaliser sa couverture par Riad Sattouf (« Les Carnets d’Esther », T.4, parution le 16 mai 2019) qui a, pour l’occasion célébré en dessin l’inénarrable linguiste Alain Rey.

Le Petit Robert 2020, parution le 16 mai 2019.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles