Festival de Cannes : qui est Mati Diop, en lice pour la Palme d'or avec «Atlantique» ?

La réalisatrice (au centre) lors de la montée des marches avec ses acteurs. [© CHRISTOPHE SIMON / AFP]

Elle est l’une des révélations de cette 72e édition. La réalisatrice franco-sénégalaise est, ce jeudi, sur la Croisette, pour présenter son premier long-métrage, «Atlantique», en compétition.

Nièce de Djibril Diop Mambéty, auteur du long-métrage «Touki Bouki», et fille du musicien Wasis Diop, cette jeune femme se distingue grâce à sa performance d’actrice dans «35 rhums» de Claire Denis, sorti en 2008.

La jeune femme, née en 1982 à Paris, se tourne ensuite vers la réalisation, avec des œuvres comme «Snow Canon» (2011), «Big in Vietnam» (2012), «Liberian Boy» (2015), et surtout le moyen-métrage documentaire, «Mille Soleils», dévoilé en 2013, et qui lui vaut des récompenses à Amiens et Montréal.

HoMmage à la jeunesse sénégalaise

En 2019, elle intègre la cour des grands avec la sélection de son premier long-métrage de fiction en compétition au Festival de Cannes. «Atlantique», du même nom que son court-métrage documentaire présenté en 2009, raconte l’histoire de Souleiman. Le jeune homme décide de quitter Dakar par les eaux comme des milliers d’immigrés clandestins. Son amour, Ada, promise à un autre homme, voit quant à elle, sa fête de mariage partir en fumée.

«En partant de cette réalité tristement banale, marquée par les drames collectifs de l’immigration clandestine, Mati Diop rend hommage à une jeunesse sénégalaise blessée mais touchée par la grâce, capable, aussi, d’un sursaut citoyen comme le mouvement «Y’en a marre», conduit en 2012 contre le Président Wade», explique le Festival de Cannes dans un communiqué.

À suivre aussi

Cinéma : La Reine des neiges 2 sort en salles
Cinéma La Reine des neiges 2 sort en salles
Cinéma The Mask : les répliques cultes du film
Cinéma Une suite de The Mask, 25 ans après ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles