La Fnac dévoile les 6 finalistes de son prix BD 2018

L'un de ces six albums sélectionnés par les lecteurs remportera le prix mercredi 17 janvier. L'un de ces six albums sélectionnés par les lecteurs remportera le prix mercredi 17 janvier.

Le public a fait son choix. En attendant le départage final du jury, dont le verdict sera connu mercredi 17 janvier prochain, six albums sont encore en lice pour décrocher le Prix BD Fnac 2018.

Éducation sentimentale, romance, thriller, fresque historique...Le choix des lecteurs, parmi 20 albums, mise sur l'éclectisme. A noter que les femmes y sont pour moitié représentées, dans un univers considéré à juste titre comme masculin. L'une de ces six bandes dessinées aura l'honneur de succéder à L'Été diabolik, primé l'an passé.

Une soeur

une-soeur-bastien-vives-soirc3a9e.jpg

On ne présente plus Bastien Vivès, qui, s'il ne remporte pas tous les prix, figure bien souvent dans la liste de prétendants, grâce à son talent aussi multiforme que précoce. Après son incursion dans l'univers du manga dans Lastman, le jeune auteur revient avec Une sœur à un récit proche de son délicat album Polina (2011). On y suit, toujours dans une sobre variation du blanc au noir, les émois de deux adolescents, un été en Bretagne, dans la maison familiale. Antoine, 13 ans, et Hélène, 16 ans, dont l'arrivée inattendue va bouleverser le jeune vacancier. Premiers émois, perte de l'innocence, confusion des sentiments...Autant de thèmes traités avec cette légèreté du trait et ce sens du détail qui rendent plus que jamais vivants les protagonistes.

Une sœur, Bastien Vivès, Casterman. 

Shi, T.1, Au commencement était la colère

shiok.jpg

Quand l'histoire remet les femmes au centre de...l'Histoire. Le scénariste Zidrou, cette fois associé à Homs, offre dans cette album une place de choix, mais douloureuse, à la gent féminine, véritable héroïne du récit. Dans le Londres contemporain, on assiste à l'attentat perpétré chez un magnat de l'armement, dont le fils saute sur une mine...produite par ses usines. Les auteurs envoient alors le lecteur en pleine exposition universelle, dans le Londres Victorien, ou l'on suit le destin d'une noble anglaise, décidée à ne plus laisser les hommes dicter leur loi dans cette société phallocrate. Une jeune Japonaise qu'elle sauve de l'enfermement va alors devenir sa fidèle alliée. La précision du trait, notamment dans le traitement des visages, et le récit au suspens maitrisé devraient faire de cette série un futur classique.

Shi, T.1, Zidrou et Homs, Dargaud

L'Aimant

laimant-p44-45.jpg

Un coup d'essai qui se transforme en coup de maitre. Avec L'Aimant, Lucas Harari envoie son héros Pierre, jeune étudiant parisien en architecture, aux thermes de Vals, en Suisse. Ce superbe bâtiment, réellement conçu par l'architecte suisse Peter Zumthor, est comme encastré dans la montagne. Un lieu qui fascine l'étudiant, d'autant plus qu'entre légendes locales et rencontres inattendues, le séjour ne va pas s'avérer de tout repos...Pour son premier album, l'auteur a su équilibrer la balance entre un hommage appuyé et réussi à la ligne claire chère à Hergé (qui donne toute sa vigueur au récit), et un scénario à l'intrigue surprenante, le tout dans une atmosphère de mystère, entre thriller et fantastique. Le soin apporté par l'éditeur à la conception même de l'album ne fait que mettre en lumière l'incroyable talent graphique de Harari, dont les perspectives attirent l'oeil à coup sûr.

L'Aimant, Lucas Harari, Sarbacane. 

Betty Boob

bboob.jpg

Un album dont la couverture, explosive, annonce la couleur. Se saisissant d'un sujet grave-une jeune femme subit l'ablation d'un sein, avec pour conséquence la perte de son compagnon et de son job-la scénariste Véronique Cazot et la dessinatrice Julie Rocheleau le transcendent et offrent un imposant ouvrage sans paroles (pour mieux éviter toute surdose de pathos ?), dont les seuls textes viennent chapitrer, à l'image d'un film muet, le récit. On suit la chute, puis la renaissance de cette héroïne, qui trouvera son bonheur et les soutiens pour se reconstruire au sein d'une troupe burlesque. Éclatant dans les formes et les couleurs, cet album se lit d'une traite. Poésie, fantaisie, émotions et émerveillement traversent les pages avec frénésie. Et contrairement à ce que le sujet pourrait laisser croire, aucun lecteur, quelque soit son âge, ne devrait se sentir lésé.

Betty Boob, scénario de Véronique Cazot, dessins de Julie Rocheleau, Casterman

Edelweiss

edelweiss-cedric-mayen-lucy-mazel-montagne.jpg

Une guinguette près de Boulogne, un été en 1947. Entre Olympe, fille d'un couple aisé, et Edmond, ouvrier chez Renault, comme son père, va naitre une belle histoire d'amour. Elle, dont la grande-tante a arpenté le Mont Blanc, ne rêve que de suivre ses pas. Lui aspire plutôt à une vie de couple paisible. Pourtant, malgré les difficultés-physiques, financières, sentimentales-ce rêve de grands massifs va constituer le ciment d'une romance qui durera toute une vie. Très touchant, voire lacrimal dans les dernières pages, l'album est emprunt d'un sentimentalisme qui ne laissera pas insensible, renforcé par le trait rond et délicat de Lucy Mazel. Au scénario, Cédric Mayen n'occulte aucune des épines qui se glissent dans la mécanique subtile de ces deux êtres que tout oppose. Des hauts cols du Mont Blanc aux détails du foyer, tout est ici traité avec finesse et sensibilité.

Edelweiss, scénario de Cédric Mayen, dessins de Lucy Mazel, Vents d'Ouest

Les reflets changeants

reflets.jpg

Quand la vie offre des rencontres comme bouées de sauvetage. La jeune Elsa et ses attermoiements sentimentaux à la Jules & Jim, Jean, quinqua conducteur de train en pleine crise qui attend sa fille qu'il n'attendait pas à l'époque, et Emile, du haut de ses 80 printemps, devenu sourd pendant la guerre d'Algérie, enfermé dans sa solitude. Un été, à Nice, leur route va se croiser, et, comme tant d'autres paumés avant eux, les transformer. La jeune Aude Mermilliod réussie à séduire le lecteur malgré une thématique et un procédé, le récit choral, souvent utilisés. Le tout grâce à la simplicité de son trait, qui fait tout en rondeur la part belle aux silences et sublime les petits détails, qui révèlent plus que de longs discours. Loin de se cantonner à ces trois héros, l'auteur offre un vrai rôle aux personnages secondaires, renforçant ainsi l'immersion du lecteur. 

Les reflets changeants, Aude Mermilliod, Le Lombard

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles