Pourquoi dit-on «à la bonne franquette» ?

Une expression apparue au XVIIe siècle, par opposition à l’art de recevoir «à la française», qui devait respecter des codes très stricts. Une expression apparue au XVIIe siècle, par opposition à l’art de recevoir «à la française», qui devait respecter des codes très stricts. [WILLIAM WEST / AFP]

Lorsqu’une personne organise un repas entre amis, sans prétention et en toute simplicité, elle peut avertir que ce sera «à la bonne franquette».

Une expression apparue au XVIIe siècle, par opposition à l’art de recevoir «à la française», qui devait respecter des codes très stricts, notamment au niveau du dressage de la table et de l’enchaînement des plats.

Ceux qui souhaitaient se démarquer de ces invi­tations très formelles utilisaient alors la formule «à la franquette» car celle-ci – dont la racine vient du mot franc – signifiait alors se comporter et parler «en toute franchise» ou «en toute honnêteté».

Au fil du temps, la maxime a un peu évolué et perdu sa référence première à la «sincérité», pour ne garder que l’idée de la «simplicité». L’adjectif «bonne» a ensuite été ajouté à l’expression que l’on connaît aujourd’hui.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles