Youtube : la machine à «Vues» décortiquée sur Arte

Le comédien satiriste israélien Itamar Rose cherche à établir la liste des ingrédients de la viralité sur Youtube. [© Avner Shahaf]

Depuis sa création en 2005, Youtube s’est imposée comme une plateforme incontournable sur laquelle transitent des milliards de vidéos, dont certaines deviennent virales. Dans «100 millions de vues», le comédien satiriste israélien Itamar Rose cherche à établir la liste des ingrédients de la viralité.

Une quête fascinante qui va également le conduire à découvrir l’envers du décor de cette «fabrique du cool» dont le principal message se décline ainsi :  «Notre mission : donner à chacun une voix, montrer le monde à tous». Cela était probablement vrai quand, le 23 avril 2005, était postée la toute première vidéo de l’histoire d’une durée de 18 secondes et intitulée «Moi au zoo» consistant en un plan fixe d’un jeune homme parlant de la trompe des éléphants situés dans l’enclos derrière lui.

Ce garçon n’est autre que Jawed Karim, un des co-fondateurs de Youtube avec Chad Hurley et Steve Chen. Un an plus tard, les trois informaticiens, qui se sont rencontrés chez PayPal, vendaient la société à Google pour la modique somme de 1,65 milliard de dollars (environ 1,49 milliard d’euros).

La dictature de l’algorithme

A ses débuts, Youtube pouvait permettre à un total inconnu de devenir une star, et de gagner de l’argent grâce aux revenus publicitaires, en fonction du nombre de «vues» engendrées par le contenu qu’il mettait en ligne.

Comédien satiriste désireux de réaliser une vidéo virale, et de connaître à son tour la gloire, Itamar Rose a décidé d’entreprendre un tour du monde avec sa femme et leur enfant, pour rencontrer des Youtubeurs stars (comme Yosemite Bear, ou le couple lesbien Bria et Chrissy) afin qu’ils lui dévoilent le secret de leur succès. Pour ensuite tenter de le reproduire.

Mais le documentariste ne tarde pas à découvrir une autre facette de leur activité, principalement la logique implacable des algorithmes, la dictature de la légèreté qui s’est imposée au fil des années, et comment leur relation avec les annonceurs a poussé la plateforme à prendre des décisions considérées par certains comme liberticides et discriminatoires ces dernières années.

«Youtube est un acteur politique. Il a des intérêts. Il a des valeurs, avec des employés qui contribuent à soutenir celles-ci. Et il exerce un pouvoir en fonction de ces valeurs. (…) Aucune information n'est neutre. Aucune technologie n'est neutre. Quelqu’un a programmé cet algorithme, et cela résulte de la décision du comment une vidéo devrait devenir virale ou se propager», explique Karine Nahon, professeure spécialiste d’Internet, et auteure du livre Going Viral, dans le documentaire.

100 millions de vues : documentaire à voir sur arte.tv à partir du 3 septembre jusqu’au 3 octobre 2019. Diffusion le 4 septembre prochain à 22h30 sur Arte.

À suivre aussi

livre «C’est pas grave d’aimer le football» : Hervé Mathoux propose un documentaire mêlant football et société
Télévision «Diviser pour mieux régner : la vie de Roger Ailes» : portrait terrifiant d’un Empereur médiatique
Télévision «Black Code surveillance d’Etat» : comment les gouvernements surveillent-ils et censurent-ils les citoyens ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles